[Les Gens du mag] Marie Larrivé

Pour notre numéro 72, nous avons demandé à huit dessinateurs de créer une œuvre sur le thème « Météo ». Une demande à laquelle a répondu la fabuleuse Marie Larrivé, dont nous déroulons ci-dessous un portfolio et une mini-interview.

Marie Larrivé parvient à peaufiner un drôle d’alliage. Avec ses traces visibles, ses couleurs tranchées et ses démarcations bien nettes, son dessin imprime ses aspérités sans fausse pudeur. Rien n’est dilué, rien n’est affadi, le spectacle est là marquant de son empreinte les impressions de celui qui le regarde. Pourtant, pas de vacarme à l’horizon. Le regardeur peut se laisser aller, prendre une pause et plonger dans les espaces offerts par Marie Larrivé. Une sorte de mélancolie chaotique se met à vibrer de toute son anomalie. Une douceur s’échappe, une beauté bizarre, à nulle autre pareille. Alors, il ne reste qu’à contempler.

 

© Marie Larrivé, extrait de la série Les Traversées, réalisée lors de sa résidence à La Cité Internationales des Arts
© Marie Larrivé, extrait de la série Les Traversées, réalisée lors de sa résidence à La Cité Internationales des Arts
© Marie Larrivé, extrait de la série Les Traversées, réalisée lors de sa résidence à La Cité Internationales des Arts
© Marie Larrivé, extrait de la série Les Traversées, réalisée lors de sa résidence à La Cité Internationales des Arts
© Marie Larrivé, extrait de la série Les Traversées, réalisée lors de sa résidence à La Cité Internationales des Arts
© Marie Larrivé, extrait de la série Les Traversées, réalisée lors de sa résidence à La Cité Internationales des Arts
© Marie Larrivé, extrait de son court-métrage « Noir Soleil », actuellement en cours d’élaboration.
© Marie Larrivé, extrait de son court-métrage « Noir Soleil », actuellement en cours d’élaboration.
© Marie Larrivé, extrait de son court-métrage « Noir Soleil », actuellement en cours d’élaboration.
© Marie Larrivé, extrait de son court-métrage « Noir Soleil », actuellement en cours d’élaboration.
© Marie Larrivé pour Kiblind

Kiblind : Quel est le premier livre illustré qui t’a marqué ?

Marie Larrivé : Ce Jour là… d’Anno Mitsumasaet et Les Minuscules de Roald Dahl illustré par Patrick Benson.

 

Kiblind : Dans quelle école as-tu appris le dessin ? Qu’est-ce qui en fait la spécificité ?

Marie Larrivé : C’est à l’ENSAD Paris que j’ai fait ma formation. Je pense que c’est la variété des secteurs qui en font la spécificité. Pour ma part j’étais en cinéma d’animation.

 

Kiblind : Quelle sont tes techniques favorites ?

Marie Larrivé : En ce moment j’aime beaucoup l’encre sur papier mais j’aime aussi beaucoup peindre sur bois ou sur toile.

 

Kiblind : Envisages-tu différemment le travail statique et travail en animation ?

Marie Larrivé : En animation, chaque image doit pouvoir être produite à la chaîne pour donner l’illusion du mouvement. C’est une technique assez contraignante car il ne faut pas que chaque image soit trop complexe pour qu’on puisse les produire en grand nombre. Je me laisse donc davantage de liberté en image fixe.

 

Kiblind : Un top 5 des livres que tu mets sur un piédestal ?

Marie Larrivé : Miss Dalloway de Virginia Woolf, La Cloche de verre de Sylvia Plath, Pastorale américaine de Philip Roth, Lolilta de Vladimir Nabokov et Un Roi sans divertissement de Jean Giono.

 

Kiblind : Qui est-ce que tu nous conseilles de suivre comme jeunes illustrateur.rice.s ?

Marie Larrivé : Chaddy-Ann Newton, Matthew Palladino, Richard Bosman, Alexandre Leger, Aleksandra Waliszewska et Corentin Grossmann.

 

Site/Instagram/Kiblind #72

Restez Connecté

Recevez nos dernières actus, nouveaux talents et musique

Fermer la recherche