Animation #12 – Spécial AFCA 1/2

Tous les 15 jours, de façon plus ou moins irrégulière, un peu d’animation.

Pour ce nouvel épisode d’animation, on a cette fois-ci donné carte blanche à l’AFCA : l’Association française du cinéma d’animation, qui célèbre en ce moment-même sa 19e Fête du Cinéma d’Animation, jusqu’au 31 octobre.
Une sélection dans le thème du « voyage », au sens large, confectionnée avec adresse et diversité de techniques et de tons. Ce joli programme de 10 films s’offrira en 2 parties, dont les 5 premiers sont juste là, en dessous.


❥ MADAGASCAR
Bastien Dubois
12’ / 2009 / Animation 2D / Carnet de voyage / France
Sacrebleu Production

Topo : Pendant un an, Bastien Dubois est allé à Madagascar pour réaliser ce premier court-métrage, inspiré de sa pratique fiévreuse du carnet de voyage.

Bastien Dubois est né en 1983 à Lille, ce qui explique son tempérament extrêmement sympathique. Il fait sa formation à la renommée Supinfocom de Valenciennes et réalise AH, un court-métrage de fin d’études mettant en scène une petite fille devant sa soupe à l’alphabet, qui plonge dans un univers surréaliste de lettres étranges. À la sortie de l’école, il accumule les expériences dans l’infographie et l’animation de jeux vidéo.
Passionné de voyage, et après avoir fait du stop du nord de la France à Istanbul, il imagine la création d’un carnet de voyage animé. De cette idée naîtra son premier film indépendant, Madagascar, qu’il réalise au terme d’une année passée dans la grande île rouge, court-métrage qui reçut un succès colossal en étant projeté dans plus de 200 festivals internationaux et, cerise sur le gâteau, en rentrant dans le club très fermés des nominés aux Oscars en 2011. En 2012, il réalise Cargo Cult, qui se déroule en Papouasie-Nouvelle-Guinée durant la Seconde Guerre mondiale, avant d’attaquer une série de 20 films pour Arte : Portraits de voyages, inspirés de Madagascar.


❥ LES SONGES DE LHOMME
Florent Morin
14’ / 2018 / Animation 2D / Voyages imaginaires / France
Miyu Production

Topo : 1885. Le docteur Jules Lhomme rassemble depuis des années des objets d’art de l’Afrique mystérieuse, sans être pourtant jamais sorti de sa région. Endormi dans son lit, il se rêve en explorateur et découvre un monde inconnu…

Florent Morin sort diplômé de l’École des Métiers du Cinéma d’Animation (EMCA) en 2015, avec un premier film en poche, Les Ruines d’Arcadie, immédiatement sélectionné au Festival national du film d’animation. Peu de temps après, il rencontre Emmanuel-Alain Raynal et Pierre Baussaron de chez Miyu Productions, avec qui il développe depuis un vrai travail d’auteur de film d’animation.
Les Songes de Lhomme, film de ce jour qui est aussi son premier film professionnel, a été sélectionné au FID Marseille en 2019. En parallèle de son activité d’auteur, Florent Morin œuvre en tant qu’opérateur compositing sur de nombreux courts-métrages, notamment L’Après-midi de Clémence de Lénaïg Le Moigne, Filles bleues, peur blanche de Marie Jacotey et Lola Halifa-Legrand et Sogni al Campo de Magda Guidi et Mara Cerri.


❥ SUR LA ROUTE
Anita Lebeau
9’ / 2011 / Animation 2D / Kerouac / France
Office National du Film du Canada

Topo : L’histoire de quatre sœurs qui partagent la banquette arrière de la voiture familiale et unissent leurs imaginations foisonnantes l’espace d’une traversée des Prairies canadiennes.

Anita Lebeau est une réalisatrice qui vit à Winnipeg. Elle s’est fait remarquer une première fois dans le petit milieu de l’animation avec sa très expressive Louise (2003), personnage très drôle de 96 ans inspiré de sa propre grand-mère. Quelques années plus tard, elle revient dans le circuit des festivals avec Sur la route, l’histoire d’une traversée familiale des Prairies canadiennes durant les années 1970, observée depuis la banquette arrière d’une Chrysler Dodge Mayfair.
En ces temps-là, privés d’écran plus ou moins tactiles et d’accès instantané au divertissement, quatre sœurs s’installent dans la confortable berline pour un long périple. Tandis que leurs parents avalent les kilomètres de route qui défilent devant eux, l’effervescence des filles s’accumulent graduellement dans l’espace clos et confiné du véhicule. Au seuil de l’insoutenable, elles unissent spontanément la force de leurs imaginaires et transforment, transgressent, transfigurent la monotonie d’un long voyage en gigantesque aventure.
Sur la route est une histoire sur la relation entre sœurs et sur l’impulsion créatrice. Le film met également en regard un curieux amalgame d’animation classique dessinée à la main et d’images de style réaliste caractéristique du travail d’Anita Lebeau. Le tout sur fond sonore du compositeur winnipégois Dan Frechette.


❥ A SINGLE LIFE
Job, Joris & Marieke
2’ / 2014 / Animation 3D / JJ&M / Pays-Bas
Job, Joris & Marieke Production

Topo : Pendant qu’elle écoute un mystérieux disque vinyle, Pia a la capacité de voyager à travers les époques de sa vie.

Job, Joris & Marieke, c’est le nom du studio d’animation fondé par un trio éponyme néerlandais. « C’est probablement le nom de studio le moins créatif du monde. Nous l’avouons : nous n’avons fait aucun effort pour en trouver un meilleur, parce que nous avons pris la sage décision de mettre toute notre énergie créative dans notre travail. Et avez-vous vu notre travail ? Imaginez à quel point notre nom de studio aurait pu être incroyable… ». Et drôle, c’est certain. Tous trois se sont rencontrés à la Design Academy de Eindhoven, où ils ont reçu leur diplôme de Designer produit. Ils ne sont donc pas issus du sérail, comme on dit, mais ont en commun d’aimer raconter des histoires. Et quand des concepteurs décident de faire de la narration, ça donne bizarrement de l’animation…
En 2007, ils fondent le studio Job, Joris & Marieke à Utrecht, au cinquième étage de l’ancienne usine Avery Labels. C’est ici qu’ils conçoivent leurs projets, les écrivent et les animent : courts-métrages, clips, commandes, etc. Dans un coin, il y a même un petit studio d’enregistrement, où Job fait la musique de tous leurs films.
Leurs courts-métrages ont été projetés dans de nombreux festivals de films à travers le monde et ont remporté beaucoup de prix. En 2015, A Single Life a été nominé pour l’Oscar du Meilleur Court-Métrage d’Animation. « Malheureusement, Disney est rentré chez lui avec notre Oscar. »


❥ IGNEOUS
Daniel Savage
1’ / 2011 / Animation 2D / Arizona dreams / USA
Something Savage

Topo : Une tentative de capturer le poids émotionnel de la mort inattendue d’un parent, racontée à travers la fenêtre lors d’un voyage en voiture.

Daniel Savage est un réalisateur et illustrateur basé à Los Angeles, en Californie, là-même où il a établi son studio de création, Something Savage. Son expérience puissante en percussions et en design a su forger son style, souvent décrit comme un « rythme visuel ». Grâce à l’utilisation dynamique de formes simples et d’images mentales, il exprime des idées complexes sans passer par la verbalisation, sans utiliser le moindre mot. Son travail a notamment été reconnu par l’ADC Young Guns, les Webby Awards et la Society of Illustrators, pour ne citer que quelques références. Il a enseigné à la School of Visual Art de New-York et à la NYU. Il a également créé le festival du film Yule Log 2.0, en 2013.
Igneous, désigne dans la langue de Bob Dylan la roche magmatique ou « ignée », littéralement « de feu », qui se forme lorsque la lave refroidit et se solidifie en surface. Cette roche peut alors prendre des formes bien étrange, dans lesquelles l’œil de l’enfant, du rêveur ou du fou pourra voir, reconnaître, des silhouettes familières, rassurantes ou terrifiantes, cristallisées dans un instantané de fantasmagorie. C’est un peu tout ça qui se passe dans ce film d’une minute à peine, quand une montagne devient un visage allongé et une colline le profil d’un marcheur, avec le rythme d’un décor qui défile depuis la fenêtre baisée d’une voiture lancée à vive allure.


A PROPOS DE L’AFCA

Soutenue par le Centre national de la cinématographie et de l’image animée (CNC), l’Association française du cinéma d’animation (AFCA) assure depuis 1971 la promotion du cinéma d’animation d’auteur sous tous ses formats, anime un réseau de professionnels et accompagne les jeunes créateurs.
Elle coordonne la Fête du cinéma d’animation, qui se déroule chaque année en octobre avec plus de 800 événements organisés dans toute la France par 300 structures. Et développe désormais un dispositif d’accompagnement d’œuvres labellisées à travers un ensemble d’actions de diffusion à l’année à partir de la programmation de la Fête du cinéma d’animation.
Elle organise le Festival national du film d’animation tous les ans en avril : vitrine compétitive de la production française et rencontres avec les équipes des films, secrets de fabrication, work in progress, pitchs de projets…
Elle porte le prix Emile-Reynaud, remis par les adhérents de l’AFCA à un court-métrage professionnel français tous les ans le 28 octobre. La précédente lauréate n’est autre que Marion Lacourt, à qui nous avons dédié notre précédent rendez-vous animé.
L’AFCA dispose également d’importantes ressources en ligne, d’un centre de documentation, d’une videothèque de plus de 9000 films et d’un Observatoire de la création et de la production contemporaine. Elle accompagne, enfin, les professionnels adhérents dans leurs recherches et leurs démarches à chaque étape de création.

Restez Connecté

Recevez nos dernières actus, nouveaux talents et musique

Fermer la recherche