[Animation] #3 – Spécial MECAL

Pourquoi diable de l’animation ? Pour plein de raisons en fait : 1.parce qu’on adore l’animation 2. parce que l’animation c’est un peu comme de l’illustration, mais en mouvement 3. parce qu’il y a tellement de pépites inconnues qu’on ne peut décemment pas garder ça pour nous.

L’année dernière, presque jour pour jour, le Mecal, festival international de courts-métrages de Barcelone nous invitait à faire partie du jury de sa section « Animation ». Un privilège rare, partagé avec Aneta Ozorek, l’exceptionnelle directrice artistique de Kaboom, le festival d’animation d’Amsterdam, et Priit Tender, réalisateur estonien complètement fou. Après avoir miré plus de 80 films particulièrement bons et réalisé d’extravagantes prouesses rhétoriques dignes des philosophes grecs, nous rendions tous les trois un verdict unanime composé de 3 prix. Le programme de ce jour propose ce palmarès in extenso.

Au passage, le Mecal a toujours soigné son image en choisissant une illustration contemporaine étrange pour habiller son affiche annuelle. La saison passée, c’est l’artiste barcelonaise Cristina Daura qui s’emparait du visuel avec ses couleurs franches et son atmosphère bien à elle. Et cette signature fut à l’origine de la sublime exposition qui lui a ensuite été consacrée à l’Atelier Kiblind.


Palmarès Animation Mecal 2019 :

Grand Prix
FLUT
Malte Stein
10’ / 2018 / Dessin et Animation 2D / Inondation graphique / Allemagne
Production Malte Stein

Topo : Un lac sale apparaît dans la rue et commence à inonder le quartier. Une bonne occasion pour une mère et son fils de rester confinés à la maison. Mais cette isolation forcée commence à engendrer d’étranges visions. Ici, réalité et fantasme s’embrassent dans un cauchemar graphique halluciné, au fur et à mesure que l’eau grimpe sur les murs de la ville.

Malte Stein est un réalisateur et écrivain indépendant basé à Berlin. Très tôt, il s’intéresse à l’écriture de script et dessine énormément de BD. Et en 2013, il sort de la Filmuniversität Konrad Wolf de Postdam Babelsberg avec un diplôme en Animation. Son film de fin d’étude, Blauer Traum (Blue Dream) est immédiatement récompensé dans plusieurs festivals allemands, comme Achtung Berlin ou le Filmfestival de Münster, avant d’être sélectionné dans de nombreuses compétitions internationales. Quelques années plus tard, en 2018, il récidive avec Flut (Flood), ce délire graphique qui nous a tant subjugués au Mecal. Le film a également été primé dans plus d’une dizaine de festivals, tels que Animafest à Zagreb, Hong Kong Arthouse Film Festival, Sound & Image à Macau et la TAIS Animation Showcase de Toronto.

 

2e Prix
SWEET SWEAT
Jung Hyun Kim
6’15 / 2018 / Pastel sur papier / Pervers polymorphe / Estonie
Académie des Arts d’Estonie

Topo : Un enfant perçoit soudain l’érotisme dans la relation qu’entretiennent ses parents. Confondu mais curieux, il prend le contrôle.

Jung Hyun Kim est une jeune réalisatrice indépendante installée en Corée du Sud. Dotée d’un solide parcours Beaux-Arts, elle aime travailler la matière, les textures et les couleurs quand elle réalise ses animations dessinées à la main. Son premier film primé, Hootchu, a été présenté lors de la cérémonie de clôture du Festival international du film d’animation d’Annecy en 2016, et s’est baladé dans beaucoup d’autres rendez-vous internationaux. Trois ans plus tard elle réalise Sweet Sweat, dans le cadre de ses études à l’Académie des Arts d’Estonie. Une petite merveille qui lui ouvre la porte des sélections dans les plus grands festivals de la planète, avec pas mal de lauriers, notamment à Imaginaria en Italie, à l’Indie-Anifest de Séoul, et bien entendu au Mecal 2019. En tout début d’année elle terminé un nouveau projet : Appa, Oppa!, un documentaire animé sur la relation croissante entre un père et son fils, produit par le Seoul Business Center.

 

3e Prix
BODY WORLD
Kitty Faingold
7’10 / 2017 / Animation 2D / Nouvelle Alice / Grande-Bretagne
Royal College of Art

Topo : Un voyage visuel, avec une pincée d’humour et une tentative d’horreur psychologique existentialiste. Quoi de mieux ?

Kitty Faingold est une réalisatrice et animatrice indépendante anglaise, qui possède elle aussi une solide expérience en matière de Beaux-Arts. Pendant plus de 15 ans elle vécut en Argentine et fonda avec trois autres artistes Costado : une galerie d’art indépendante pour les talents émergents. À son retour à Londres, elle entre au Royal College of Art pour passer un Master en animation, qui se concrétise par ce sublime film de fin d’études : Body World. Présenté pour sa grande première en 2017 au BFI London Film Festival (le plus grand festival de cinéma britannique), son court-métrage a ensuite été montré dans les salles de haute renommée comme celles du Festival international d’animation d’Ottawa ou du Festival d’Annecy, et a bien légitimement remporté ce 3e prix du meilleur film d’animation l’année dernière au Mecal. À ce jour, Kitty Faingold a créé trois courts-métrages d’animation, réalisé deux vidéoclips et un documentaire primé, All Monsters Are Human.

 


Merci à toute l’équipe du Mecal et à son extraordinaire Directeur, Roberto Barrueco.

MECAL

Restez Connecté

Recevez nos dernières actus, nouveaux talents et musique

Fermer la recherche