ligne

Salon

Flèche

Print | Barbier Elisa | 22.02.17

[Revue] Nyctalope #9

Le baroud d'honneur

Pour la revue Nyctalope, le moment est venu de tirer sa révérence en ce début d’année 2017. Mais pas avant un dernier grand coup. Entre traits de contours et couleurs de remplissage, les 150 pages du Nyctalope #9 débordent d’illustrations et de bandes dessinées dont l’essence même est d’apporter quelque chose de nouveau au lecteur, et aux illustrateurs. Et pour cela, les anciens Strasbourgeois Marion Fayolle, Matthias Malingrëy et Simon Roussin peuvent compter sur un œil alerte et des petits copains de type talentueux. Parmi eux, nous retrouvons certains de nos chouchous-à-la-vie-à-la-mort, du type Maïté Grandjouan, Yann Kebbi, Eugène Riousse, Jérémie Fischer, Fanny Blanc ou Mayumoi Otero. En Amérique, on appelle ça un all-star game. Lancement parisien le 22 février à La Régulière.

Nyctalope #9
© Astrid Huguet

En 2009, Marion FayolleMatthias Malingrëy et Simon Roussin s'ébrouent à l’École des Arts Décoratifs de Strasbourg. Puis, une idée germe dans leur esprit : créer et éditer une revue qui mettra à l’honneur le dessin narratif. Ainsi né de ces six mains le petit laboratoire d’expériences plastiques et graphiques qui continuera de raconter des histoires jusqu’à aujourd’hui et pour encore longtemps – on l’espère !


Toujours pensée comme une expérience visuelle ludique et accessible, la revue propose à chaque numéro de plonger dans un espace-temps déconnecté de l’extérieur, où chaque page est une nouvelle aventure qui s’offre au regard et à l’imaginaire du lecteur.

Pour son neuvième numéro, Nyctalope a fait appel à de nombreux artistes comme Maïté Grandjouan, Jérémie Fischer, Anouk Ricard, Marine Rivoal, Léon Maret, Blanc Fanny, Yann Kebbi, Xavier Bouyssou et Astrid Huguet pour ne citer qu’eux. Leur talent est au service du voyage illustré qu’ils racontent, et jouent avec le crayon comme des rois. Les formes épurées côtoient les traits torturés, les couleurs saturées parfois voient leur contraste diminué, tandis que la narration n’est jamais oubliée.


Pour la revue Nyctalope, le mois de février est l’occasion d’un lancement sous forme d’exposition à Paris à la librairie et café La Régulière, le 22 février. S’y afficheront les peintures, dessins et esquisses visibles dans le numéro 9, mettant Marion, Matthias et Simon au défi de passer du livre à l’espace de la galerie.


2017/revuenyctalope9/eugane-riousse_nyc9.jpg

© Eugène Riousse

2017/revuenyctalope9/maatc-grandjouan_nyc9.jpg

© Maïté Grandjouan

2017/revuenyctalope9/margaux-othats_nyc9.jpg

© Margaux Othats

2017/revuenyctalope9/quentin-duckit_nyc9.jpg

© Quentin Duckit

2017/revuenyctalope9/nyc9.jpg

© Astrid Huguet

Vous aimerez aussi
Flèche
Exposition | 14.04.17 Cercle Magazine @ Syndicat Potentiel

Cercle Magazine @ Syndicat Potentiel
Sous l'océan

Le magazine Cercle ne traîne pas dans notre bibliothèque. Il est au-dessus, sur un présentoir en or massif, soutenu à sa droite et à sa gauche par les photos de Maman et de Papa. En un mot, il nous est cher. D'une facture graphique impeccable et d'un traitement éditorial sans faille, la revue strasbourgeoise a conquis notre cœur comme d'autres cueille les fraises quand l'été approche. Et il faut bien que Dieu existe, puisque vient de sortir le cinquième numéro de Cercle Magazine, dédié cette fois-ci aux océans. S'il ne fait pas de doute que nous vous conseillons très très fort d'acquérir ce graal, nous vous conseillerons aussi très très fort de vous rendre à l'exposition que le magazine réalise au Syndicat Potentiel, à Strasbourg du 22 avril au 5 mai. Avec un vernissage le 21. Les quelques œuvres ci-dessous, issues du magazine, devraient vous en convaincre.

VOIR+
Illustration | 07.04.17 [Gens de la Couv] Maxime Mouysset

[Les Gens de la Couv] Maxime Mouysset
Le Président

Maxime Mouysset est un petit peu notre bonhomme à nous, notre gars sur qui on peut compter. Dans la partie « romance » de notre carnet de relations, il est surligné en rouge avec des cœurs surmontant les i. Ancien stagiaire et présente idole, Maxime n'a cessé de grimper la montagne de l'excellence pour se retrouver aujourd'hui au cœur de notre cœur et surtout chez vos libraires grâce à Télérama, le Centre Pompidou ou à nous. Nous sommes on ne peut plus fiers de vous présenter le travail filé de Maxime Mouysset auteur de la couverture du n°60 et de toute l'imagerie du candidat Pompon, lui cet ancien étudiant de la HEAR de Strasbourg au talent monstre. En attendant la sortie du prochain numéro, nous vous présentons son travail.

VOIR+
Publicité ADOBE_STOCK_AVRIL_2017_3
Illustration | 08.03.17 [Employée Modèle]. HyperBaudet

[Employée Modèle] Hyperbaudet
Souvenir, souvenir

Originaire de la Rochelle, Marie Baudet a fait des études en cinéma et habite aujourd'hui à Paris. Marie Baudet c’est Hyper Baudet, une illustratrice talentueuse qui partage son temps avec un travail dans la production audiovisuelle et une carrière artistique entre musique et dessin. Fin 2012, elle crée le webzine Amalgame avec une copine. Identité visuelle, direction artistique, illustrations, contenu éditorial tout est fait mains ici. Une nouvelle façon de prouver que cette fille sait tout faire.

VOIR+
Print | 01.02.17 Revue Les Ombres #3

Revue Les Ombres #3
Ombres et Lumières

Depuis 2013, Ardalan, Maxime et Sébastien interrogent auteurs de bande-dessiné et illustrateurs à réfléchir à grands coups de crayon sur des thèmes définis dont les images sont articulées au sein d’une revue, Les Ombres. Celle-ci se transforme alors en grand questionnement sur la place de l'illustration dans l'art et les modes d'édition qu'elle peut engager. Une recherche passionnante qui mêle différents processus d'impression, des cheminements narratifs et bien évidemment une foultitude d'illustrateurs de talent parmi lesquels Guillaume Chauchat, Orane Sigal, Amélie Patin, Alexis Grasset ou Louise Vendel.

VOIR+
Illustration | 14.10.16 [Employée Modèle] Laura Ancona

[Employée Modèle] Laura Ancona
La balle au rebond

Née en 1988, Laura Ancona est une jeune illustratrice française qui habite à Paris. Aperçue dans les pages des revues Citrus ou encore Influencia, son travail est à découvrir de toute urgence ! Il faut dire que niveaux couleurs, Laura Ancona ne nous ménage pas. Elle nous plonge souvent dans des mondes imaginaires, parfois de petits ilots en apesanteur sur une page blanche, parfois dans des fresques mystiques plus sombres et contrastées. Pas étonnant qu’en 2015 l'association Soukmachines la choisisse pour une résidence au Pavillon du docteur Pierre.

VOIR+
Print | 22.09.16 Revue Pli #2

Revue Pli #2
Architecture & Édition pour le meilleur

La revue Pli préfère les chemins de traverses. La revue Pli aime à choisir les diagonales pour s'offrir de nouvelles prises de vue. La revue Pli s'est insérée sur la drôle de route qui sépare - ou rapproche c'est selon - l'architecture et l'édition. Voyant là le moyen de rassembler deux passions, mais surtout d'établir des ponts entre deux disciplines pas si éloignées que ça, ses créateurs ont donc eu la belle idée de faire une revue où l'édition fait la courte échelle à l'architecture quand celle-ci donne le coup de main à l'édition. Agrémentée d'un parti pris graphique et illustratif qui nous comble, Pli donne un souffle jeunot au discours architectural. Approches nouvelles, regards en biais et loucheries artistiques, voilà le propos de la publication annuelle qui sort le 22 septembre son numéro 2 au Pavillon de l'Arsenal, à Paris.

VOIR+
Illustration | 14.04.16 [Exportfolio] Margaux Othats

[L'Évènement du jeudi] Margaux Othats expose
Du 14.04 au 1.05 chez Artazart

Oh, cela fait bien longtemps que nous sommes aux basques de Margaux Othats. Sortie, comme nombre de ses talentueux confrères, de l'illustre HEAR de Strasbourg, l'illustratrice de 26 ans trouble nos sens comme bien peu. Semant régulièrement ses merveilles chez Magnani, Nyctalope, au New York Times ou dans la Revue XXI, elle s'apprête à recommencer, chez Magnani encore, pour son nouveau livre Un Jour Dehors. À cette occasion, la librairie-galerie parisienne Artazart lui offre ses murs du 14 avril au 1e mai, et même, le 14 au soir, une table de dédicace pour y parapher son dernier livre. On ne pouvais pas rater l'occasion de lui faire un petit clin d'oeil avec un portfolio.

VOIR+
Publicité ADOBE_MUNCH_BROSSES
Print | 23.03.16 Couverture Madame #6 par Brech Evens

Madame #6
Vous dansez mademoiselle ?

On en tient une. Et elle est belle. Voici, messieurs-dames, la plus belle baseline des revues françaises : "Madame, la revue graphique et littéraire qui comble le vide éditorial entre la NRF et Pomme d'Api". Ce programme utopique, les Éditions Le Berboglu en ont fait leur cheval de bataille, un moulin à construire plutôt qu'à détruire. Et force est d'admettre que la bâtisse a belle gueule, avec six numéros au compteur et une ribambelle d'écrivains, dessinateurs, poètes, photographes qui mêlent hardiment leurs créations respectives. On vous présente ici, visuellement seulement, le dernier-né qu'il faudra aider via crowdfunding tout en bas de la page.

VOIR+
Illustration | 30.11.15 [Employée Modèle]. Violaine Leroy

[Employée Modèle]. Violaine Leroy
Toutes les semaines un nouveau chouchou

Violaine Leroy est l'exemple type de ce que Strasbourg peut offrir à la France : une lllustration élégante, racée, douce à l'oeil et intrigante pour l'esprit. La native de la glorieuse année 1981 offre en effet aux gens de goût (XXI, Bayard, La Pastèque, Muze, etc.) son trait feutré et sa contemplation silencieuse. Son dernier livre, Dérangés, est sorti le 20.11 au Éditions La Pastèque. Elle expose, aussi, du 5 au 24.12 à la Librairie Séries Graphiques.

VOIR+
Illustration | 19.03.15 Bettina Henni

Bettina Henni
Auto-tamponneuse

Bettina Henni est l'un des heureux cerveaux à l'origine de la revue Belles Illustrations, qui n'aurait pu choisir meilleur titre. Issue de l'ESAD strasbourgeoise, l'illustratrice y a peaufiné sa technique unique et amadoué les tenanciers du Tigre, d'Article 11, des Cahiers de l'Articho, Elle mène aujourd'hui l'imprimerie Papier Machine et les publications Tandem.

VOIR+
A propos

Entre Lyon et Paris, Kiblind entretient l’art de l’entre-deux. Une stratégie qu’il cultive aujourd’hui avec amour entre culture visuelle et vision culturelle, entre arts plastiques et arts vivants, entre images et textes. Le magazine trimestriel se penche sur ceux qui font le sel et le poivre de sa vie : les artistes émergents. Qu’ils soient graphistes, photographes, illustrateurs, plasticiens, stylistes ou musiciens, ceux-là ont leur place dans le monde illustré de Kiblind Magazine.

Voir +
Logo Kiblind