ligne

Salon

Flèche

Print | Barbier Elisa | 01.02.17

Revue Les Ombres #3

Ombres et Lumières

Depuis 2013, Ardalan, Maxime et Sébastien interrogent auteurs de bande-dessiné et illustrateurs à réfléchir à grands coups de crayon sur des thèmes définis dont les images sont articulées au sein d’une revue, Les Ombres. Celle-ci se transforme alors en grand questionnement sur la place de l'illustration dans l'art et les modes d'édition qu'elle peut engager. Une recherche passionnante qui mêle différents processus d'impression, des cheminements narratifs et bien évidemment une foultitude d'illustrateurs de talent parmi lesquels Guillaume Chauchat, Orane Sigal, Amélie Patin, Alexis Grasset ou Louise Vendel.

Revue Les Ombres #3

"Trou noir", "collocation", "tourisme sauvage", et "salon de coiffure africain". Peut-être ces sujets n’évoquent que peu de choses sur le papier, pourtant, c’est au fil des pages du troisième numéro de la revue illustrée Les Ombres qu’ils prennent tout leur sens. Groupes de mots loufoques, résultants d’un thème assez large pour que les illustrateurs partent ailleurs : « Dans l’espace ». Il y a un deux ans, le premier numéro de la revue interrogeait sur le sujet des régimes totalitaires. Il y a un an, le suivant en avait rapproché d’autres de la nature grâce au thème « Dans les bois ».

Seulement, cette année, c’est le désir de s’ouvrir à la narration qui a inspiré Ardalan, Maxime et Sébastien.

Quoi de mieux alors que d’inviter huit auteurs repartis en groupes à dessiner deux par deux dans des bulles ? Les bandes-dessinées démarrées, la relève est assurée par quatorze illustrateurs dont la mission est de réaliser des images à partir de deux spectres colorés imposés. On compte parmi ceux-là quelques-uns de nos chouchous, type Guillaume Chauchat, Orane SigalLorène Gaydon et Louise Vendel et on s'en chope d'autres à l'instar de Émilie Gleason ou Sébastien Sans-Arcidet.

Les Ombres #3 se transforme alors en une boîte aux merveilles où le voyage se divise : au début avec un livret BD imprimé en riso puis avec un autre contenant les images imprimées en sérigraphie.

Pour les étudiants en art à l’origine de cette revue, c’est une fois de plus la consécration d’un questionnement perpétuel sur le livre d’artiste et la revue illustrée, où résonne l’écho du désir d’être autonome dans le processus d’édition.

 

 

2017/revuelesombres3/15418382_357051861328005_6600492277191314026_o.jpg
2017/revuelesombres3/15493352_357050351328156_3480882181417528213_o.jpg
2017/revuelesombres3/15540994_357050881328103_8075685531549071595_o.jpg

Revue Les Ombres #3

2017/revuelesombres3/15578058_357050791328112_2641960750175658693_o.jpg
2017/revuelesombres3/15493322_357049097994948_6162451417877690289_o.jpg
Vous aimerez aussi
Flèche
Illustration | 23.11.16 [Employé Modèle] Thomas Hedger

[Employé Modèle] Thomas Hedger
Simple et funky

Basé à Londres, Thomas Hedger est un jeune illustrateur diplômé en design graphique de la Central Saint Martins et membre du collectif Part of Outcrowd. Chaque jour il publie un de ses dessins, parfois animés, sur son Instagram. Une bonne façon de se rendre compte de l’évolution de son style depuis la fin de ses études. Un travail que l’on retrouve en 2016 dans la série Petrol Stations, où il rend hommage à l’esthétique des stations service.  Ouais, ces bonnes vielles stations services.

VOIR+
Illustration | 17.10.16 [Employée Modèle] Amélie Fontaine

[Employée Modèle] Amélie Fontaine
Notre chouchou de la semaine

Née en 1987 à Soissons, Amélie Fontaine entre aux Arts Décoratifs de Paris où elle apprend la gravure et la sérigraphie après des études de graphisme. Son travail prend la forme d’inventaire compulsif voire obsessionnel : œufs, flûtes, fromages, jeux pour chats, bateaux chips, pastèques, insectes, récifs, méduses … Tout y passe. Mais Amélie Fontaine n’a pas qu’une corde à son arc et le repertoriage n’est pas son unique dada.

VOIR+
Publicité ADOBE_STOCK_FEVRIER_2017_4
Print | 22.09.16 Revue Pli #2

Revue Pli #2
Architecture & Édition pour le meilleur

La revue Pli préfère les chemins de traverses. La revue Pli aime à choisir les diagonales pour s'offrir de nouvelles prises de vue. La revue Pli s'est insérée sur la drôle de route qui sépare - ou rapproche c'est selon - l'architecture et l'édition. Voyant là le moyen de rassembler deux passions, mais surtout d'établir des ponts entre deux disciplines pas si éloignées que ça, ses créateurs ont donc eu la belle idée de faire une revue où l'édition fait la courte échelle à l'architecture quand celle-ci donne le coup de main à l'édition. Agrémentée d'un parti pris graphique et illustratif qui nous comble, Pli donne un souffle jeunot au discours architectural. Approches nouvelles, regards en biais et loucheries artistiques, voilà le propos de la publication annuelle qui sort le 22 septembre son numéro 2 au Pavillon de l'Arsenal, à Paris.

VOIR+
Exposition | 02.05.16 Seasonal cuisine #5 : Arnaud Laffond

Seasonal cuisine #5 : Arnaud Laffond
Cocktail de Fruits

Les graphistes Rosalie Wagner et Camille Boileau, aka Romi Cali, ont pris pour habitude de se pencher, une fois le trimestre, sur le bel art de la cuisine. Seasonal Cuisine est ainsi un prétexte, pour ces créatrices d'images, à élaborer un conglomérat d'objets, de visuels et de bonne ambiance. La cinquième saison a été créée en collaboration avec le plasticien digital Arnaud Laffond autour de quatre carrés de soie et d'une édition papier. La collec' est à découvrir à la galerie Datta, à Lyon, le 4 mai.

VOIR+
Print | 23.03.16 Couverture Madame #6 par Brech Evens

Madame #6
Vous dansez mademoiselle ?

On en tient une. Et elle est belle. Voici, messieurs-dames, la plus belle baseline des revues françaises : "Madame, la revue graphique et littéraire qui comble le vide éditorial entre la NRF et Pomme d'Api". Ce programme utopique, les Éditions Le Berboglu en ont fait leur cheval de bataille, un moulin à construire plutôt qu'à détruire. Et force est d'admettre que la bâtisse a belle gueule, avec six numéros au compteur et une ribambelle d'écrivains, dessinateurs, poètes, photographes qui mêlent hardiment leurs créations respectives. On vous présente ici, visuellement seulement, le dernier-né qu'il faudra aider via crowdfunding tout en bas de la page.

VOIR+
Illustration | 16.02.16 [Employée Modèle] Sarah Mazzetti

[Employée Modèle] Sarah Mazzetti
Toutes les semaines, un nouveau chouchou

En vrai, Sarah Mazzetti est notre chouchou depuis un petit moment. Mais ça fait toujours du bien de se replonger dans son travail, entre construction complexe, fausse naïveté et vrai discours tapageur. La Milanaise aime en effet le trait simple, presque enfantin, les couleurs vives et la typographie grasse pour exprimer quelques-unes des contradictions de notre quotidien. Aussi est-elle choyée par Vice, le New York Times, The Fader, IL Magazine, Die Zeit, Anorak, etc, mais également annoblie par l'Institut Européen de Design de Milan, qui en a fait sa professeure.

VOIR+
Illustration | 30.03.15 Pattern pour Kiesel

Edith Carron
Participante magnifique au Kiblind 52

L'illustratrice française désormais établie dans la Sainte Allemagne offre à qui veut le voir ses illustrations aux teintes colorées et aux traits fins. Une technique fraîche et crémeuse qui lui fut inspirée par ses passages à Estienne, l'ESAD de Strasbourg et la Berlin WEissenseeFine Art School. Et qui fait aujourd'hui notre bonheur, comme celui de Citrus, It's Nice That, Le Chocolat des Français ou encore The Parisianer.

VOIR+
Publicité ADOBE_STOCK_FEVRIER_2017_2
Illustration | 19.03.15 Marine Rivoal

Marine Rivoal
Gravé dans la roche

Marine Rivoal, née en 1987, est issue d'un parcours universitaire aussi flatteur que constructif puisqu'elle est passée par l'École Estienne puis par la fameuse ÉSAD de Strasbourg. Spécialiste émérite de la gravure, elle a pu faire montre de ses talents dans le livre Trois Petits Pois (éditions du Rouergue) ou dans la revue Nyctalope. Elle travaille actuellement avec Claire Sichez pour le court-métrage Lahmès et la Grande Dévoreuse.

VOIR+
Illustration | 19.03.15 Jérémie Fischer

Jérémie Fischer
Et la couleur fut

Jérémie Fischer est issu de l'ESAD de Strasbourg, maintenant connue sous le nom de HEAR. Le trait joyeux, la couleur facile, Jérémie s'est vite attiré les amours de maisons d'édition (Les Petits Platons, Nobrow, Magnani, Orbis Pictus Club, etc.) et autres magazines de bon goût (Cut, New York Times, Poly, etc.). Il a également créé son propre média : la Revue Pan, bel alliage entre la littérature et l'illustration.

VOIR+
A propos

Entre Lyon et Paris, Kiblind entretient l’art de l’entre-deux. Une stratégie qu’il cultive aujourd’hui avec amour entre culture visuelle et vision culturelle, entre arts plastiques et arts vivants, entre images et textes. Le magazine trimestriel se penche sur ceux qui font le sel et le poivre de sa vie : les artistes émergents. Qu’ils soient graphistes, photographes, illustrateurs, plasticiens, stylistes ou musiciens, ceux-là ont leur place dans le monde illustré de Kiblind Magazine.

Voir +
Logo Kiblind