ligne

Galerie

Flèche

Photographie | Hassler Alix | 12.05.17

Juliet Casella

Passion collages

Fraîchement diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’arts de Paris-Cergy, Juliet Casella est de celles dont le cerveau fourmille et les mains produisent, à en vouloir, de sa propre confession, se dédoubler pour pouvoir explorer plus, expérimenter plus, collaborer plus. Pour cette artiste pluridisciplinaire et sans aucune barrière, le collage a une place particulière. Les photographies de sa collection numérique se composent et racontent des histoires qui oscillent entre l’innocence et la violence.

Aperçu de différents collages de l'artiste
Juliet Casella

De son petit village du sud où elle a grandi, l’ennui lui a fait recouvrir les murs de sa chambre de magazines découpés. Montée à Paris à 18 ans, Juliet Casella n’en a pas perdu son goût pour l’image, qu’elle recherche dans le flux sans fin des internets. Pas besoin de produire de nouveaux clichés, elle se nourrit de l’existant : « L’image se perd dans ce flux et j'essaie de lui donner une nouvelle vie. J’aime jouer des images, les détourner pour révéler le sens que je vois en elles. Leur force, leur violence, leur format, leur qualité…c’est un peu ma palette à moi »

 

Et sa palette se construit dans le rapport à l’individu, qu’elle observe dans le moindre détail pour trouver ses particularités et imaginer son histoire. Plus précisément encore, son travail se cristallise autour de l’enfance, comme une obsession. « Je suis fascinée par les enfants. Je ne les vois pas comme des choses fragiles et naïves, mais au contraire comme des êtres remplis de lucidité, et de violence. Pour moi une grande partie de ce qu’on est, des choix qu’on prendra, part de la jeune enfance. J’essaie donc à travers mon travail de poser sans cesse des questions sur l’illusion de l’enfance, les traumatismes, le passage à la conscience adulte etc. ».

 

Au-delà de sa production personnelle, Juliet Casella multiplie les collaborations, artistiques bien sûr comme avec l’artiste Julia Tarissan ou autour de la réalisation de clips musicaux (Bamayo Vendé, FAIRE) ; l’artiste éveille aussi l’intérêt des magazines et marques de mode. Elle a par exemple réalisé une série de collages pour Louis Vuitton. Oui, ce genre de marque de mode. 


Et, pour remplir utilement les dernières cases de son agenda foisonnant de projets, elle s’implique depuis d’un an déjà dans le projet Les Eveillés, un collectif qui vient en aide aux réfugiés. « Je politise de plus en plus mon travail. Forcément, c’est un peu une évidence de m’impliquer et j’étais très fière que mes collages y soient associés. Mon travail se nourrit du climat social actuel, qui donne l’impression que tout peut exploser d’un moment à l’autre. Malgré tout, j’ai de l’espoir et je vois mon engagement comme un relai en espérant dépasser l’individualisme ambiant ».

collages-serie1ter.jpg

Juliet Casella

Collages - série 1

collages-serie1bis.jpg

Juliet Casella

Collages - série 1

collages-serie1q.jpg

Juliet Casella

Collages - série 1

Sarah, par Juliet Casella

collages-serie2ter.jpg

Juliet Casella

Collages - série 2

collages-serie2_1.jpg

Juliet Casella

Collages - série 2

47_deux.jpg

Juliet Casella

Collage pour Louis Vuitton

affiche_2.jpg

Juliet Casella

Affiche de la Veillée #3, Les Eveillés

Vous aimerez aussi
Flèche
Illustration | 11.07.17 [Employée Modèle] Mathilde Rives

[Employée Modèle] Mathilde Rives

Mathilde Rives est une jeune illustratrice freelance. Un statut qui lui confère une liberté qu’elle apprécie puisqu’il lui laisse le temps de jongler entre commandes et projets perso. Née un 1er avril à Bayonne, elle quitte la plage pour aller étudier aux beaux-arts de Lyon, pendant quatre ans. Après un échange à Leipzig en Allemagne, dans une section « printmaking » elle poursuit avec un Master aux Arts Décos de Paris, terminé il y a peu, en 2015. Aujourd’hui toujours parisienne, elle travaille à Arceuil, au sein de l’atelier Pauline Perplexe, entre atelier et lieu d'exposition, qui regroupe des artistes de tout horizons.

VOIR+
Publicité ADOBE_STOCK_AVRIL_2017_3
Design Graphique | 11.04.17 [Les Gens du Mag] Félicité Landrivon

[Les Gens du Mag] Félicité Landrivon
Brigade cynophile

La graphiste Félicité Landrivon provoque régulièrement quelques persistances rétiniennes chez les marcheurs lyonnais. Leurs corps harassés par la montée héroïque de la grande côte croix-rousssienne, leurs esprits cherchent l'évasion sur les affiches de concert collées au mur. Et au milieu d'elles bien souvent trône comme une reine la réalisation hebdomadaire de Félicité pour la pomotion de l'excellente musique. Nous en avons été de ces marcheurs, et nous aussi avons été ébloui par les collages minutieux qui rassemblent nos qualités préférées : la joliesse, le chic et l'humour. Aussi lui avons-nous laissé une petite place dans notre dernier numéro "Président" pour qu'elle crie haut et fort son indécrottable amour des chiens. Voici quelques-uns de ses autres travaux qui disent au monde son talent.

VOIR+
Exposition | 22.12.15 © Jean-Michel Tixier

Jean-Michel Tixier @ Colette
Clins d'oeil et ligne claire

L'agence Talkie Walkie, M Le Magazine du Monde et Colette ont eu la brillante idée d'offrir une retrospective à l'un des plus élégants dessinateurs qui soit. Mélange d'un trait swarto-hergien et d'un humour subtil, les dessins de presse de Jean-Michel Tixier sont du genre précieux. Retour sur plus d'un an de collaboration entre le magazine et l'illustrateur, Salutations Distinguées est une de ces expositions qui ne se ratent que sous le pretexte d'une maladie grave ou d'une finale de Coupe Davis. Et comme nous ne vous souhaitons ni l'un et que l'autre se situerait plutôt au printemps, on vous veut du 4 au 30.01 chez Colette, à Paris, et plus encore le 7 pour le vernissage.

VOIR+
Exposition | 03.12.15 Impressions sur : La Taverne Gutenberg

Impressions sur : La Taverne Gutenberg
Galerie Éphémère

À Lyon s'est ouvert une galerie pour le moins iconoclaste. Espace à durée déterminée, la Taverne Gutenberg entend profiter de ce court laps de temps pour faire passer le message d'une création débridée et d'une liberté à toute épreuve. Voici quelques-unes de nos impressions à l'occasion de l'exposition orgiaque En Conversion qui s'y est déroulée du 19.11 au 2.12. En attendant la prochaine surboum, le 10.12 à l'occasion du vernissage de l'exposition L'immeuble Vivant.

VOIR+
Photographie | 19.03.15 Flavien Menu

Flavien Menu
Allez les verts

Flavien Menu est photographe, membre du groupe de travail IT et diplômé de la fascinante ENSA de Versailles. Ses photographies illustrent nos conceptions de la ville, de l’architecture, de l’urbanisme, à l’heure où l’humanité ne va pas tarder à y habiter tout entière. Fidèle à l’idée du nuancier, Flavien a travaillé ici sur la couleur verte.

VOIR+
Photographie | 19.03.15 Florent Tanet

Florent Tanet
Petit repas entre amis

Florent Tanet a un goût certain pour les natures mortes. D'ailleurs, il passe son temps à les photographier quand il ne planche pas sur du stylisme, son autre métier. Depuis 2012, en effet, Florent Tanet – issu de La Martinière-Diderot, à Lyon et de l'École Duperré, à Paris – a en effet choisi de faire de ce hobby sa forme d'expression artistique, coupant et modelant fruits, légumes, saucisses, fromages, etc.

VOIR+
Publicité ADOBE_STOCK_AVRIL_2017_3
Photographie | 19.03.15 Ann Woo

Ann Woo
Château de face

Coincée entre Hong Kong, la ville où elle est née et a grandi, et New York, celle où elle a fini ses études (à l'International Center of Photography Ann Woo a choisi de construire son art tout à fait simplement : elle voit une chose belle, elle la photographie et la contemple à l'infini. Ce n'est pas la galerie 12Mail (Paris), Phillips de Pury (Londres) ou la Ise Cultural Foundation (New York), qui s'en plaindront.

VOIR+
Photographie | 19.03.15 Benjamin Schmuck

Benjamin Schmuck
De l'obscurité naît la lumière

Jeune photographe à belle allure, Benjamin évolue dans le monde de l’art depuis ses 20 ans. Il passe son temps libre à défier ses sujets, des restaurateurs à la ville d’Arles, en passant par les «Malgré Nous», ces enrôlés alsaciens de la Wehrmacht. À chaque fois une mystérieuse poésie silencieuse s’en dégage.

VOIR+
Photographie | 19.03.15 Alban Coret

Alban Coret
Chasse, mèche, nature et oppression

Alban Coret adore la liberté, aujourd'hui qu'il a laissé la France et la publicité derrière lui, pour se consacrer à sa vie d'artiste photographe. Une vie argentine, lui qui habite à Buenos Aires, mais qui ne l'empêche pas de capter des instants floridiens, chasseurs, new-yorkais, etc.

VOIR+
A propos

Entre Lyon et Paris, Kiblind entretient l’art de l’entre-deux. Une stratégie qu’il cultive aujourd’hui avec amour entre culture visuelle et vision culturelle, entre arts plastiques et arts vivants, entre images et textes. Le magazine trimestriel se penche sur ceux qui font le sel et le poivre de sa vie : les artistes émergents. Qu’ils soient graphistes, photographes, illustrateurs, plasticiens, stylistes ou musiciens, ceux-là ont leur place dans le monde illustré de Kiblind Magazine.

Voir +
Logo Kiblind