ligne

Galerie

Flèche

Photographie | Hassler Alix | 12.05.17

Juliet Casella

Passion collages

Fraîchement diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’arts de Paris-Cergy, Juliet Casella est de celles dont le cerveau fourmille et les mains produisent, à en vouloir, de sa propre confession, se dédoubler pour pouvoir explorer plus, expérimenter plus, collaborer plus. Pour cette artiste pluridisciplinaire et sans aucune barrière, le collage a une place particulière. Les photographies de sa collection numérique se composent et racontent des histoires qui oscillent entre l’innocence et la violence.

Aperçu de différents collages de l'artiste
Juliet Casella

De son petit village du sud où elle a grandi, l’ennui lui a fait recouvrir les murs de sa chambre de magazines découpés. Montée à Paris à 18 ans, Juliet Casella n’en a pas perdu son goût pour l’image, qu’elle recherche dans le flux sans fin des internets. Pas besoin de produire de nouveaux clichés, elle se nourrit de l’existant : « L’image se perd dans ce flux et j'essaie de lui donner une nouvelle vie. J’aime jouer des images, les détourner pour révéler le sens que je vois en elles. Leur force, leur violence, leur format, leur qualité…c’est un peu ma palette à moi »

 

Et sa palette se construit dans le rapport à l’individu, qu’elle observe dans le moindre détail pour trouver ses particularités et imaginer son histoire. Plus précisément encore, son travail se cristallise autour de l’enfance, comme une obsession. « Je suis fascinée par les enfants. Je ne les vois pas comme des choses fragiles et naïves, mais au contraire comme des êtres remplis de lucidité, et de violence. Pour moi une grande partie de ce qu’on est, des choix qu’on prendra, part de la jeune enfance. J’essaie donc à travers mon travail de poser sans cesse des questions sur l’illusion de l’enfance, les traumatismes, le passage à la conscience adulte etc. ».

 

Au-delà de sa production personnelle, Juliet Casella multiplie les collaborations, artistiques bien sûr comme avec l’artiste Julia Tarissan ou autour de la réalisation de clips musicaux (Bamayo Vendé, FAIRE) ; l’artiste éveille aussi l’intérêt des magazines et marques de mode. Elle a par exemple réalisé une série de collages pour Louis Vuitton. Oui, ce genre de marque de mode. 


Et, pour remplir utilement les dernières cases de son agenda foisonnant de projets, elle s’implique depuis d’un an déjà dans le projet Les Eveillés, un collectif qui vient en aide aux réfugiés. « Je politise de plus en plus mon travail. Forcément, c’est un peu une évidence de m’impliquer et j’étais très fière que mes collages y soient associés. Mon travail se nourrit du climat social actuel, qui donne l’impression que tout peut exploser d’un moment à l’autre. Malgré tout, j’ai de l’espoir et je vois mon engagement comme un relai en espérant dépasser l’individualisme ambiant ».

collages-serie1ter.jpg

Juliet Casella

Collages - série 1

collages-serie1bis.jpg

Juliet Casella

Collages - série 1

collages-serie1q.jpg

Juliet Casella

Collages - série 1

Sarah, par Juliet Casella

collages-serie2ter.jpg

Juliet Casella

Collages - série 2

collages-serie2_1.jpg

Juliet Casella

Collages - série 2

47_deux.jpg

Juliet Casella

Collage pour Louis Vuitton

affiche_2.jpg

Juliet Casella

Affiche de la Veillée #3, Les Eveillés

Vous aimerez aussi
Flèche
Design Graphique | 11.04.17 [Les Gens du Mag] Félicité Landrivon

[Les Gens du Mag] Félicité Landrivon
Brigade cynophile

La graphiste Félicité Landrivon provoque régulièrement quelques persistances rétiniennes chez les marcheurs lyonnais. Leurs corps harassés par la montée héroïque de la grande côte croix-rousssienne, leurs esprits cherchent l'évasion sur les affiches de concert collées au mur. Et au milieu d'elles bien souvent trône comme une reine la réalisation hebdomadaire de Félicité pour la pomotion de l'excellente musique. Nous en avons été de ces marcheurs, et nous aussi avons été ébloui par les collages minutieux qui rassemblent nos qualités préférées : la joliesse, le chic et l'humour. Aussi lui avons-nous laissé une petite place dans notre dernier numéro "Président" pour qu'elle crie haut et fort son indécrottable amour des chiens. Voici quelques-uns de ses autres travaux qui disent au monde son talent.

VOIR+
Illustration | 15.03.16 [Employée Modèle] Chiara Dattola

[Employée Modèle] Chiara Dattola
Toutes les semaines, un nouveau chouchou

Nous avions publié l'illustratrice italienne Chiara Dattola pour notre numéro 53, dédié comme il se doit aux Cocktails. Son style élégant et chamarré nous avait séduit par sa fausse simplicité et son charme immédiat. Celle qui est aujourd'hui professeur à l'European Institute of Design, vit et travaille à Milan. Pas jaloux, nous la voyons avec bonheur travaillé pour Le Monde, Monocle, Il Sole 24, Internazionale, Panini, Les Éditions du Rouergue et tutti quanti. Elle expose en ce moment même à la Galerie Il Vicolo jusqu'au 2 avril son exposition In The Forest, dont est issue la plupart des visuels ici présent.

VOIR+
Publicité ADOBE_STOCK_AVRIL_2017_4
Illustration | 16.02.16 [Employée Modèle] Sarah Mazzetti

[Employée Modèle] Sarah Mazzetti
Toutes les semaines, un nouveau chouchou

En vrai, Sarah Mazzetti est notre chouchou depuis un petit moment. Mais ça fait toujours du bien de se replonger dans son travail, entre construction complexe, fausse naïveté et vrai discours tapageur. La Milanaise aime en effet le trait simple, presque enfantin, les couleurs vives et la typographie grasse pour exprimer quelques-unes des contradictions de notre quotidien. Aussi est-elle choyée par Vice, le New York Times, The Fader, IL Magazine, Die Zeit, Anorak, etc, mais également annoblie par l'Institut Européen de Design de Milan, qui en a fait sa professeure.

VOIR+
Photographie | 27.03.15 Michel Nguie

Michel Nguie
Participant émérite au Kiblind #52

Michel Nguie est un photographe comme on les aime : autodidacte, bordelais et travaillant en argentique. Mais ce qui peut pousser à l'adoration, c'est avant tout le talent dont il fait preuve captant l'étrangeté du quotidien, le paranormal dans la normalité. Il sera exposé lors de l'exposition Kiblind - Club d'Échec le 9.04 au Point Éphémère.

VOIR+
Photographie | 19.03.15 Emily Maye

Emily Maye
La petite reine

Force est de constater qu'Emily sait photographier le vélo comme personne. 
Elle en a ainsi fait sa spécialité, travaillant pour les équipes 
Radioshack et Bontrager, les marques Trek, Rapha et Specialized comme 
pour les magazine ROAD, The Ride Journal, Soigneur, Manual For Speed. Artiste avant tout, elle est tout de même apparue dans Wired et It's Nice That.

VOIR+
Photographie | 19.03.15 Benjamin Schmuck

Benjamin Schmuck
De l'obscurité naît la lumière

Jeune photographe à belle allure, Benjamin évolue dans le monde de l’art depuis ses 20 ans. Il passe son temps libre à défier ses sujets, des restaurateurs à la ville d’Arles, en passant par les «Malgré Nous», ces enrôlés alsaciens de la Wehrmacht. À chaque fois une mystérieuse poésie silencieuse s’en dégage.

VOIR+
Publicité NUITS SONORES_2017
Photographie | 19.03.15 Marc Buchy

Marc Buchy
Photographe studieux

Photographe pour Fluctuat, Les Filles du Calvaire ou Le Républicain Lorrain, Marc Buchy n’oublie pourtant pas de s’exposer dans les plus fines galeries, (My.Monkey, Garage L’Olivier, Brass, etc.) et dans quelques festivals audacieux (Freeze, Stockholm Fringe Festival, Copenaghen Photo Festival, etc.).

VOIR+
Photographie | 19.03.15 Luca Massaro

Luca Massaro
À la sauce milanaise

Entre Paris et Milan se balade le photographe Luca Massaro, à la recherche de ce qui fait le sel de nos vies. La reconnaissance vient en cette belle année 2012 avec la publication de deux livres auto-édités et moults expositions à Paris et Milan. Il a, en outre, travaillé pour Vice, AnOther Magazine, la Red Bull Music Academy, Bullet Magazine, etc. Série a paru sur Booksonline.fr.

VOIR+
A propos

Entre Lyon et Paris, Kiblind entretient l’art de l’entre-deux. Une stratégie qu’il cultive aujourd’hui avec amour entre culture visuelle et vision culturelle, entre arts plastiques et arts vivants, entre images et textes. Le magazine trimestriel se penche sur ceux qui font le sel et le poivre de sa vie : les artistes émergents. Qu’ils soient graphistes, photographes, illustrateurs, plasticiens, stylistes ou musiciens, ceux-là ont leur place dans le monde illustré de Kiblind Magazine.

Voir +
Logo Kiblind