ligne

Galerie

Flèche

Photographie | Hassler Alix | 12.05.17

Juliet Casella

Passion collages

Fraîchement diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’arts de Paris-Cergy, Juliet Casella est de celles dont le cerveau fourmille et les mains produisent, à en vouloir, de sa propre confession, se dédoubler pour pouvoir explorer plus, expérimenter plus, collaborer plus. Pour cette artiste pluridisciplinaire et sans aucune barrière, le collage a une place particulière. Les photographies de sa collection numérique se composent et racontent des histoires qui oscillent entre l’innocence et la violence.

Aperçu de différents collages de l'artiste
Juliet Casella

De son petit village du sud où elle a grandi, l’ennui lui a fait recouvrir les murs de sa chambre de magazines découpés. Montée à Paris à 18 ans, Juliet Casella n’en a pas perdu son goût pour l’image, qu’elle recherche dans le flux sans fin des internets. Pas besoin de produire de nouveaux clichés, elle se nourrit de l’existant : « L’image se perd dans ce flux et j'essaie de lui donner une nouvelle vie. J’aime jouer des images, les détourner pour révéler le sens que je vois en elles. Leur force, leur violence, leur format, leur qualité…c’est un peu ma palette à moi »

 

Et sa palette se construit dans le rapport à l’individu, qu’elle observe dans le moindre détail pour trouver ses particularités et imaginer son histoire. Plus précisément encore, son travail se cristallise autour de l’enfance, comme une obsession. « Je suis fascinée par les enfants. Je ne les vois pas comme des choses fragiles et naïves, mais au contraire comme des êtres remplis de lucidité, et de violence. Pour moi une grande partie de ce qu’on est, des choix qu’on prendra, part de la jeune enfance. J’essaie donc à travers mon travail de poser sans cesse des questions sur l’illusion de l’enfance, les traumatismes, le passage à la conscience adulte etc. ».

 

Au-delà de sa production personnelle, Juliet Casella multiplie les collaborations, artistiques bien sûr comme avec l’artiste Julia Tarissan ou autour de la réalisation de clips musicaux (Bamayo Vendé, FAIRE) ; l’artiste éveille aussi l’intérêt des magazines et marques de mode. Elle a par exemple réalisé une série de collages pour Louis Vuitton. Oui, ce genre de marque de mode. 


Et, pour remplir utilement les dernières cases de son agenda foisonnant de projets, elle s’implique depuis d’un an déjà dans le projet Les Eveillés, un collectif qui vient en aide aux réfugiés. « Je politise de plus en plus mon travail. Forcément, c’est un peu une évidence de m’impliquer et j’étais très fière que mes collages y soient associés. Mon travail se nourrit du climat social actuel, qui donne l’impression que tout peut exploser d’un moment à l’autre. Malgré tout, j’ai de l’espoir et je vois mon engagement comme un relai en espérant dépasser l’individualisme ambiant ».

collages-serie1ter.jpg

Juliet Casella

Collages - série 1

collages-serie1bis.jpg

Juliet Casella

Collages - série 1

collages-serie1q.jpg

Juliet Casella

Collages - série 1

Sarah, par Juliet Casella

collages-serie2ter.jpg

Juliet Casella

Collages - série 2

collages-serie2_1.jpg

Juliet Casella

Collages - série 2

47_deux.jpg

Juliet Casella

Collage pour Louis Vuitton

affiche_2.jpg

Juliet Casella

Affiche de la Veillée #3, Les Eveillés

Vous aimerez aussi
Flèche
Design Graphique | 11.04.17 [Les Gens du Mag] Félicité Landrivon

[Les Gens du Mag] Félicité Landrivon
Brigade cynophile

La graphiste Félicité Landrivon provoque régulièrement quelques persistances rétiniennes chez les marcheurs lyonnais. Leurs corps harassés par la montée héroïque de la grande côte croix-rousssienne, leurs esprits cherchent l'évasion sur les affiches de concert collées au mur. Et au milieu d'elles bien souvent trône comme une reine la réalisation hebdomadaire de Félicité pour la pomotion de l'excellente musique. Nous en avons été de ces marcheurs, et nous aussi avons été ébloui par les collages minutieux qui rassemblent nos qualités préférées : la joliesse, le chic et l'humour. Aussi lui avons-nous laissé une petite place dans notre dernier numéro "Président" pour qu'elle crie haut et fort son indécrottable amour des chiens. Voici quelques-uns de ses autres travaux qui disent au monde son talent.

VOIR+
Exposition | 17.11.16 work in progress - Fleur Bleue

Leslie David @ 12 Mail - Red Bull Space
Le pouvoir des fleurs

La galerie Red Bull Space a eu la brillante idée d'offrir ses murs à Leslie David, graphiste et illustratrice prolifique. Sur sa page blanche oversize, elle jette des couleurs, agence les formes, dessine à main levée. S'offre alors à nos yeux une composition florale qui nous ferait presque croire à l'arrivée d'un proche printemps. Exposition Fleur Bleue du 18 novembre 2016 (vernissage à 18h) au 13 janvier 2017 à la galerie Red Bull Space, à Paris.

VOIR+
Publicité ADOBE_STOCK_AVRIL_2017_3
Illustration | 07.10.16 [Les Gens du Mag]. Jee-ook Choi

[Les Gens du Mag]. Jee-ook Choi
La folie du quotidien

Les illustrations du Sud-Coréen Jee-ook Choi sont d'un naturel bluffant. Sous des atours bien sous tout rapport, empruntant autant à l'âge d'or des ukiyo-e japonais - que ce soit dans l'utilisation des couleurs ou dans la minutie apporté au dessin - qu'aux tenants de la bande dessinée franco-belge traditionnelle, Jee-ook se mêle de surréalisme. Les objets et cycle du quotidien qu'il décrie se déforment sous ses traits en des mondes inconnus où la logique est seulement celle de l'auteur. Cette force de frappe nous a fait vaciller dès la première vue. Aussi lui avons-nous demandé une création originale pour notre n°58 et son thème "Baston". Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il s'en méchamment bien sorti. Voici donc, comme un bonus, quelques-uns de ses travaux récents, issus de commandes ou non.

VOIR+
Exposition | 15.09.16 [Interview] 20 ans d'Arts Factory

[Interview] 20 ans d'Arts Factory
L'une des meilleures galeries françaises vous parle

Il y a 20 ans, Effi Mild et Laurent Zorzin créèrent sans y prendre garde l'une des meilleures galeries française. Naturellement penchés en direction des arts graphiques, ils ne changèrent pas d'axe en deux décennies et les voilà à la tête d'un palmarès qui ferait frémir n'importe quel nouveau venu. À Arts Factory, ils ont accueilli tout le monde ou presque, de Killoffer à Willem, en passant par Charles Burns, Dupuy-Berberian, Blexbolex, Marion Fayolle et Roxane Lumeret. Fêtant, en ce dernier trimestre 2016, leur 20 belles années avec 3 expositions exceptionnelles, nous leur avons posé quelques questions qui peuvent se résumer en "qui, quoi, comment".

 

VOIR+
Illustration | 10.05.16 [EMPLOYÉE MODÈLE] Kati Szilágyi

[Employée Modèle] Kati Szilágyi
Toutes les semaines, un nouveau chouchou

L'illustratrice allemande Kati Szilágyi est quelqu'un que nous admirons franchement car elle a pour elle un talent indéniable et qu'elle parvient à le décliner sur nombre de médias (poster, zine, illustrations) et via moult techniques (ordinateur, crayons, fusains, collages, etc.). Une manière de faire les choses en mode démultiplié, qui lui vaut les regards doux de la mythique RE:Surgo Gallery de Berlin et des publications Das Magazine, UnAuf Magazine, Missy Magazin, etc. En plus de ça, elle a des potes glorieux (Cynthia Kittler, Barbara Ott, Riika Laakso, etc.) avec qui elle a eu la bonne idée de fonder le Parallel Universe Collection. C'est un grand 10/10.

VOIR+
Photographie | 23.03.16 Festival Pølar : Expo

Festival Pølar : Expo "Le Printemps Urbain"
Le goût de la rue

Dans le cadre du Festival Pølar #1, dédié aux émoluments de la culture nordique, la Maison du Danemark accueille la bien jolie exposition des photographes Kirsten Winter (Danemark) et Jens Lindhe (Suède) qui ont tous deux pour habitude la balade urbaine. Si la première se penche sur l'art de la rue, langage universel de la ville, le second prend lui le pouls de la faune urbaine. La discussion s'engage alors entre les habitants et les murs qui les soutiennent, vocabulaire vernaculaire des centre-villes européens. L'exposition Le Printemps Urbain sera présente durant tout le festival, du 7 au 17 avril, à La Maison du Danemark.

VOIR+
Photographie | 12.11.15 Biennale des Photographes du Monde Arabe Contemporain

Biennale des Photographes du Monde Arabe
Mashallah !

On ne peut sous-estimer la place de la photographie dans le monde de l'art. Et quand celle-ci est sublimée par des photographes qui opèrent dans le monde arabe, elle est vraiment à part et magnifique. Et elle sera à l'honneur lors de la Biennale des Photographes du Monde Arabe Contemporain, du 11.11 au 17.01.16, puisque Paris accueillera en son sein des clichés aussi bouleversants qu'esthétiques, entre poésie et réalité.   

VOIR+
Publicité MAINTENANT_2017
Photographie | 15.10.15 Stéphane Charpentier - Eclairages

Stéphane Charpentier
Éclairages

Stéphane Charpentier est ce qu’on peut appeler un féru de de l’argentique. Ce n’est pas un hasard, puisque le photographe, également initiateur du groupe Oiseaux-Tempête, développe ses négatifs et réalise manuellement ses tirages, afin d’y ajouter sa vision artistique. Grâce à un jeu de lumière maîtrisé, il parvient à faire apparaître un monde qui semble parallèle au notre, presque irréel. Entre Lyon et Athènes, les villes où il réside, Stéphane Charpentier saisit des moments de sincérité, emplis de poésie et d’émotions. Ses nouveaux clichés seront mélangés à ses anciens à la Galerie Françoise Besson du 15.10 au 30.12 lors de l’exposition Éclairages, exclusivement en noirs et blancs.

VOIR+
Photographie | 19.03.15 Philip Jung

Philip Jung
Photographe par nature

Professeur et photographe consciencieux, Phil Jung exerce ces deux arts à Boston et dans sa région. Ce diplômé du Massachussets College Of Art et du San Francisco Art Institute aima à s'occuper des faux-semblants et prend un malin plaisir à reconsidérer la réalité. Grâce à cela, il a exposé à New -York, Boston, San Francisco, Seattle, et raflé quelques beaux prix dont le prestigieux TMC + Kodak International Film Grant.

VOIR+
A propos

Entre Lyon et Paris, Kiblind entretient l’art de l’entre-deux. Une stratégie qu’il cultive aujourd’hui avec amour entre culture visuelle et vision culturelle, entre arts plastiques et arts vivants, entre images et textes. Le magazine trimestriel se penche sur ceux qui font le sel et le poivre de sa vie : les artistes émergents. Qu’ils soient graphistes, photographes, illustrateurs, plasticiens, stylistes ou musiciens, ceux-là ont leur place dans le monde illustré de Kiblind Magazine.

Voir +
Logo Kiblind