ligne

Galerie

Flèche

Illustration | Gueugneau Maxime | 30.11.15

[Employée Modèle]. Violaine Leroy

Toutes les semaines un nouveau chouchou

Violaine Leroy est l'exemple type de ce que Strasbourg peut offrir à la France : une lllustration élégante, racée, douce à l'oeil et intrigante pour l'esprit. La native de la glorieuse année 1981 offre en effet aux gens de goût (XXI, Bayard, La Pastèque, Muze, etc.) son trait feutré et sa contemplation silencieuse. Son dernier livre, Dérangés, est sorti le 20.11 au Éditions La Pastèque. Elle expose, aussi, du 5 au 24.12 à la Librairie Séries Graphiques.

[Employée Modèle]. Violaine Leroy
© Violaine Leroy
2015/employeemodele.violaineleroy/44_loup-charlie.jpg

© Violaine Leroy

"Se méfier des loups de tous poils"

2015/employeemodele.violaineleroy/44_swimming-pool.jpg

© Violaine Leroy

"Swimming Pool"

2015/employeemodele.violaineleroy/44_vio-filsduciel.jpg

© Violaine Leroy

Couverture "Le Fils du Ciel" de Pascal Vatinel

2015/employeemodele.violaineleroy/45_la-tricoteuse_serigraphie_central-vapeur.jpg

© Violaine Leroy

"La Tricoteuse" Sérigraphie pout Central Vapeur

2015/employeemodele.violaineleroy/52_12-conte-luda.jpg

© Violaine Leroy

Illustration du livre "Contes de Luda" de Luda Schnitzer

2015/employeemodele.violaineleroy/afghanistan_xxi.jpg

© Violaine Leroy

Illustration sur l'Afghanistant pour la revue XXI

2015/employeemodele.violaineleroy/leloupdesables.jpg

© Violaine Leroy

Illustration pour le livre "Le Loup des Sables" d'Asa Lind

2015/employeemodele.violaineleroy/noel-russe_editions_milan.jpg

© Violaine Leroy

Extrait de son livre "Noël Russe" aux Éditions Milan

2015/employeemodele.violaineleroy/29_mock-up-deranges.jpg

© Violaine Leroy

Couverture de son livre "Dérangés" aux éditions La Pastèque

Vous aimerez aussi
Flèche
Exposition | 24.04.17 3 fois par Jour @ Arts Factory

3 fois par Jour @ Arts Factory
Et plus si affinités

3 fois par jour, c’est la fréquence à laquelle chaque être humain se nourrit quotidiennement. Pour la maison d’édition 3 Fois Par Jour, c’est d’art qu’elle se nourrit matin, midi et soir. Et cette année, elle en veut encore plus et lance sa première exposition collaborative à la galerie parisienne Arts Factory du 28 avril au 20 mai.

VOIR+
Illustration | 07.04.17 [Gens de la Couv] Maxime Mouysset

[Les Gens de la Couv] Maxime Mouysset
Le Président

Maxime Mouysset est un petit peu notre bonhomme à nous, notre gars sur qui on peut compter. Dans la partie « romance » de notre carnet de relations, il est surligné en rouge avec des cœurs surmontant les i. Ancien stagiaire et présente idole, Maxime n'a cessé de grimper la montagne de l'excellence pour se retrouver aujourd'hui au cœur de notre cœur et surtout chez vos libraires grâce à Télérama, le Centre Pompidou ou à nous. Nous sommes on ne peut plus fiers de vous présenter le travail filé de Maxime Mouysset auteur de la couverture du n°60 et de toute l'imagerie du candidat Pompon, lui cet ancien étudiant de la HEAR de Strasbourg au talent monstre. En attendant la sortie du prochain numéro, nous vous présentons son travail.

VOIR+
Publicité ADOBE_STOCK_AVRIL_2017_3
Print | 22.02.17 Nyctalope #9

[Revue] Nyctalope #9
Le baroud d'honneur

Pour la revue Nyctalope, le moment est venu de tirer sa révérence en ce début d’année 2017. Mais pas avant un dernier grand coup. Entre traits de contours et couleurs de remplissage, les 150 pages du Nyctalope #9 débordent d’illustrations et de bandes dessinées dont l’essence même est d’apporter quelque chose de nouveau au lecteur, et aux illustrateurs. Et pour cela, les anciens Strasbourgeois Marion Fayolle, Matthias Malingrëy et Simon Roussin peuvent compter sur un œil alerte et des petits copains de type talentueux. Parmi eux, nous retrouvons certains de nos chouchous-à-la-vie-à-la-mort, du type Maïté Grandjouan, Yann Kebbi, Eugène Riousse, Jérémie Fischer, Fanny Blanc ou Mayumoi Otero. En Amérique, on appelle ça un all-star game. Lancement parisien le 22 février à La Régulière.

VOIR+
Illustration | 26.01.16 [Employée Modèle]. Jeannie Phan

[Employée Modèle]. Jeannie Phan
Toutes les semaines, un nouveau chouchou

Si, par le plus grand des hasards, vous trouvez que l'illustration c'est joli et que vous avez en votre possession un téléphone intelligent et doté de l'appli Instagram, alors il est fort possible que vous ayez croisé la route de la Canadienne Jeannie Phan, qui se pavane sur cet internet avec son armada de likes et de followers. Qui pourrait leur en vouloir ? Sans doute sont-ils comme nous, charmés par ces doux dessins éditoriaux assaisonnant d'onirisme candide les simples choses de la vie. Et, entre The New York Times, The New Yorker, The Walrus ou encore Variety, ses amoureux ont de quoi faire.

VOIR+
Illustration | 08.12.15 [Employés Modèles]. Freak City

[Employé Modèle]. Freak City
Toutes les semaines, un nouveau chouchou

Le Bordelais de Freak City a le vent dans les cheveux et l'Amérique dans le sang. Pourtant, celui-là, Girondin comme Valbuena, aurait dû suivre la route qui était la sienne et se cantonner aux cannelés. Mais on ne se refait pas : les yeux rivés vers l'Atlantique et les mains agiles, il nous abreuve de son trait trash situé entre Charles Burns, le tatouage et un générique de Sauvé par le Gong. Cette bizarrerie est appréciée fort chez nous, mais aussi chez Vice, GQ Magazine, Red Bull, Microsoft, XXI, Schnock, etc.

VOIR+
Illustration | 30.11.15 [Employée Modèle]. Eleni Kalokorti

[Employée Modèle]. Eleni Kalokorti
Toutes les semaines un nouveau chouchou

Pour celui qui s'intéresse un peu à la victoire du beau contre le laid, il est possible qu'il ait croisé sur le front les illustrations de l'Écossaise Eleni Kalokorti. En effet, celle-la, passée par l'Edinburgh College of Arts et le collectif Edinburgh Printmakers, ne cesse d'envoyer salve sur salve via ses différents travaux personnels et illustrations gratifiées. Nous avons notamment pu en apercevoir des éclats dans le New York Times, Pitchfork, Bitch Magazine ou pour Avery Hill Publishing.

VOIR+
Illustration | 14.04.15 Maïté Grandjouan

Maïté Grandjouan
Participante formidable au Kiblind 52

En bonne élève de l'ESAD de Strasbourg, Maïté Grandjouan est un bijou de l'illustration. À cheval entre le réel et l'extraordinaire, entre le naturel et le paranormal, Maïté Grandjouan ne laisse pas le spectateur inactif, mais l'emmène bien plutôt jusqu'aux portes de l'imaginaire. Un travail fascinant qu'elle décline sur micro-édition, peintures et sérigraphies ou avec son collectif dans l'excellente revue Sourire Magazine. Elle sera exposée le 9.04 au Point Éphémère.

VOIR+
Publicité ADOBE_STOCK_AVRIL_2017_4
Illustration | 30.03.15 Pattern pour Kiesel

Edith Carron
Participante magnifique au Kiblind 52

L'illustratrice française désormais établie dans la Sainte Allemagne offre à qui veut le voir ses illustrations aux teintes colorées et aux traits fins. Une technique fraîche et crémeuse qui lui fut inspirée par ses passages à Estienne, l'ESAD de Strasbourg et la Berlin WEissenseeFine Art School. Et qui fait aujourd'hui notre bonheur, comme celui de Citrus, It's Nice That, Le Chocolat des Français ou encore The Parisianer.

VOIR+
Illustration | 19.03.15 Icinori

Icinori
À l'ancienne

Icinori est un couple d'illustrateurs bien sous tout rapport, puisqu'ils proposent des oeuvres avec ce qu'il faut de respect pour les anciens et de bonds en avant. Un alliage qui donne des dessins d'une beauté peu commune mais diablement charmante. Raphaël Urwiller et Mayumi Otero doivent maintenant en être conscients maintenant qu'ils ont travaillé avec Le Monde, le NY Times, Le Tigre, etc.

VOIR+
Illustration | 19.03.15 Eugène Riousse

Eugène Riousse
Par petites touches

Il ne suffisait pas au jeune Eugène d’être un brillant élève de l’ESAD de Strasbourg et le co-fondateur de la revue Vignette, il lui fallait également briller à la face du monde. C’est ce qu’il fit lors du dernier festival d’Angoulême, où il s’accapara le Prix Jeunes Talents. Au vu des lauréats précédents, ça veut dire beaucoup. Au vu de ses dessins, c’est amplement mérité.

VOIR+
A propos

Entre Lyon et Paris, Kiblind entretient l’art de l’entre-deux. Une stratégie qu’il cultive aujourd’hui avec amour entre culture visuelle et vision culturelle, entre arts plastiques et arts vivants, entre images et textes. Le magazine trimestriel se penche sur ceux qui font le sel et le poivre de sa vie : les artistes émergents. Qu’ils soient graphistes, photographes, illustrateurs, plasticiens, stylistes ou musiciens, ceux-là ont leur place dans le monde illustré de Kiblind Magazine.

Voir +
Logo Kiblind