ligne

Galerie

Flèche

Exposition | Boulet Pauline | 01.07.16

Countach-Studio : A supersticious exhibition

Croisons les doigts et touchons du bois

Lors de sa fraîche création au mois de mai dernier, le studio Countach a fièrement affiché son ambition aussi simple que merveilleusement admirable : diffuser de « belles images ». Comme rien ne vaut une démonstration, la création a été suivie de près d'une exposition, intitulée Supersticious, pour laquelle 26 artistes ont été mis à contribution.

Countach Studio : A supersticious exhibition

Secondés par leur imprimante Riso, les deux créateurs de Countach StudioMalak Mebkhout et Fabien Saura, ont invité 26 artistes internationaux à exprimer leur vision de la supersitition. Croyances, préjugés païens, mysticisme religieux et entorses au bon sens s'entrecroisent donc dans cette série d'oeuvres imprimées au risographe. La machine, qui a fait un carton au Japon dans les années 80, permet d'effectuer des tirages en grand nombre et à faible coût, avec une identité visuelle caractéristique, très proche de la sérigraphie.

 

Chaque affiche témoigne d'influences diverses et d'un passé variable. Ainsi, Arielle Grasser a créé Superstition in the pigeon, en référence à l'étude menée en 1947 par le psychiatre américain Skinner sur les pigeons, qui révélait que ces bestioles étaient capables de développer des comportements superstitieux. Leopold Lauga, Sara Parson Texas ou Jeremy Terres Couvent se sont inspirés des croyances qui concernent les échelles, les chats noirs ou encore les miroirs. Ils racontent chacun les vestiges de l'imaginaire collectif dont ils se sont comme nous tous imprégnés, cet imaginaire qui fait que du pain aux parapluies, tous les objets que nous cotoyons touchent de près ou de loin à une certitude populaire.

 

Quand on a su que le vernissage de cette exposition avait eu lieu un vendredi 13, notre coeur a vacillé, soudainement gonflé d'affection pour ces deux jeunes gens plein d'avenir et d'idées.

 

2016/countachstudio/fabien-saura.jpg

© Fabien Saura (Countach Studio)

Frane Selak is a lucky bastard

2016/countachstudio/jeremy-landes.jpg

© Jeremy Terres Couvent (VTF Velvetyne Type Foundry)

Miroir

2016/countachstudio/luke-archer.jpg

© Luke Archer (Omnioffice)

Brexit Lottery

2016/countachstudio/marie-ivol.jpg

© Marie Ivol

I'll get you my pretty and your little dog too !

2016/countachstudio/walid-bouchouchi.jpg

© Walid Bouchouchi

Chlawesh

2016/countachstudio/nathanael-reuling.jpg

© Nathanaël Reuling (Studio Jean-Claude et Pierrot)

#STUDIO JCP

2016/countachstudio/paul-loubardinio.jpg

© Paul Loubardinio (Studio Paul&Martin)

Isolo Worms

Vous aimerez aussi
Flèche
Design Graphique | 02.03.17 [Employés Modèles] Studio Fables

[Employés Modèles] Studio Fables
Bon Plaisir

Alors que nous marchions paisiblement dans la rue à la recherche de notre pain quotidien, nous tombions nez à nez avec une affiche au graphisme fier mais sympathique. Évidemment, c'était pour une soirée Bon Esprit. Nous rapprochions alors le sus-nommé "nez" pour en dévoiler le mystérieux auteur : il s'agissait du Studio Fables. Oh merveille, à présent nous le savions et nous pourrons stalker à l'envie comme si nous avions 14 ans et que nous étions amoureux. Amoureux de la typographie et d'un chaud minimalisme, le Studio Fables, composé de Majan Dutertre, Paul‑Henri Schædelin et Laurent Tacco se plait à rendre nos soirées, nos sites web, nos magazines et nos livres plus jolis. Snatch, les soirées Bon Esprit, Evian ou Centre Commercial sont parmi les heureux bénéficiaires de leur bon plaisir.

VOIR+
Exposition | 27.02.17 La Fresk : Victoria Roussel

La Fresk : Victoria Roussel
La Machine du Moulin Rouge, Paris

La Machine du Moulin Rouge a depuis longtemps décidé qu'elle ne serait pas que cet endroit de débauche à la programmation musicale exigeante. La salle sait aussi se tenir. Elle l'avait prouvé en ouvrant son bar agréable au tout venant et à toute heure : le Bar à Bulle. Elle persiste et elle signe avec le projet La Fresk qui invite des illustrateurs et designeurs graphiques à venir retapisser son hall d'entrée tous les premiers mercredi du mois. Après Sph OZR et Studio Jimbo, c'est au tour de l'excellente Victoria Roussel de s'y coller. Vernissage le 1.03 à La Machine du Moulin Rouge, à Paris. On fait suivre un mini-portfolio pour se donner une idée.

VOIR+
Publicité ADOBE_STOCK_FEVRIER_2017_3
Illustration | 17.10.16 [Employée Modèle] Amélie Fontaine

[Employée Modèle] Amélie Fontaine
Notre chouchou de la semaine

Née en 1987 à Soissons, Amélie Fontaine entre aux Arts Décoratifs de Paris où elle apprend la gravure et la sérigraphie après des études de graphisme. Son travail prend la forme d’inventaire compulsif voire obsessionnel : œufs, flûtes, fromages, jeux pour chats, bateaux chips, pastèques, insectes, récifs, méduses … Tout y passe. Mais Amélie Fontaine n’a pas qu’une corde à son arc et le repertoriage n’est pas son unique dada.

VOIR+
Exposition | 11.10.16 Jeremy Booth @ Sergeant Paper

Jeremy Booth @ Sergeant Paper

Jérémy Booth est un américain fasciné par l'image que ses compatriotes ont façonné de son pays. Parti de Louisville, dans le Kentucky, il parcourt les villes et mégalopole des États-Unis, à la recherche du substantifique graphisme qui lie les différents éléments mobiliers et urbains. Passionné d'architecture et de design, il passe tout ces objets à la moulinette de se patte. Ses œuvres, baignées de lumière et de clair-obscur donne une nouvelle vie à ce quotidien étasunien. À la limite du motif, voire de la géométrie pure, Jeremy Booth dessine ce quotidien avec un enthousiasme débordant. Et surtout, une beauté rare. Exposition The Simple Life du 13 au 29.10 à Sergeant Paper, à Paris.

VOIR+
Illustration | 28.09.16 [Les Gens du Mag] Sébastien Plassard

[Les Gens du Mag] Sébastien Plassard
Couleurs et formes

Il faut bien se l'avouer, notre numéro "Baston" sans Sébastien Plassard aurait été comme une nuit sans étoile, un plateau sans fromage, un peigne sans moustache. Découvert - bien trop tard - à la suite de son travail pour le festival This Is Not A Love Song, il est apparu comme l'évidence même pour nous autres amateurs d'illustrations léchées. Son travail à l'allure d'une lumière au bout du tunnel allie parfaitement le contraste des couleurs aux formes géométriques choisies. Mais, comme il n'est pas question d'abstraction ici, la composition graphique impeccable met d'autant plus en évidence l'incongruité du propos, qui sort bien souvent des affres de la routine. Le surréalisme et l'absurdité trouvent, grâce à Sébastien Plassard, une force inouïe.

VOIR+
Print | 22.09.16 Revue Pli #2

Revue Pli #2
Architecture & Édition pour le meilleur

La revue Pli préfère les chemins de traverses. La revue Pli aime à choisir les diagonales pour s'offrir de nouvelles prises de vue. La revue Pli s'est insérée sur la drôle de route qui sépare - ou rapproche c'est selon - l'architecture et l'édition. Voyant là le moyen de rassembler deux passions, mais surtout d'établir des ponts entre deux disciplines pas si éloignées que ça, ses créateurs ont donc eu la belle idée de faire une revue où l'édition fait la courte échelle à l'architecture quand celle-ci donne le coup de main à l'édition. Agrémentée d'un parti pris graphique et illustratif qui nous comble, Pli donne un souffle jeunot au discours architectural. Approches nouvelles, regards en biais et loucheries artistiques, voilà le propos de la publication annuelle qui sort le 22 septembre son numéro 2 au Pavillon de l'Arsenal, à Paris.

VOIR+
Exposition | 21.09.16 Lucille Clerc @ Slow Galerie

Lucille Clerc @ Slow Galerie
Belles Plantes

L'illustratrice Lucille Clerc aime à se perdre dans les méandres de la végétation. Ses dessins, méticuleux et obstinés, foisonnent d'une flore peu commune proposant un joli bouquet entre art nouveau et pratique compulsive de la sérigraphie. Pour son exposition Garden Party, à la Slow Galerie parisienne, qui court jusqu'au 1e octobre, l'artiste française mais londonienne a choisi de se pencher sur les herbes folles, entre fantasmes, exagérations et précision. Une mise au vert pour la galerie et l'illustratrice qui, dans le pesant été indien parisien, fera un bien fou à tout le monde.

VOIR+
Publicité BIENNALE DESIGN 2017
Exposition | 02.05.16 Seasonal cuisine #5 : Arnaud Laffond

Seasonal cuisine #5 : Arnaud Laffond
Cocktail de Fruits

Les graphistes Rosalie Wagner et Camille Boileau, aka Romi Cali, ont pris pour habitude de se pencher, une fois le trimestre, sur le bel art de la cuisine. Seasonal Cuisine est ainsi un prétexte, pour ces créatrices d'images, à élaborer un conglomérat d'objets, de visuels et de bonne ambiance. La cinquième saison a été créée en collaboration avec le plasticien digital Arnaud Laffond autour de quatre carrés de soie et d'une édition papier. La collec' est à découvrir à la galerie Datta, à Lyon, le 4 mai.

VOIR+
Exposition | 28.01.16 Exposition Hors-Piste / Appelle-moi Papa

Exposition Hors-Piste / Appelle-moi Papa
Come to Daddy

L'appréciable et nantais collectif Appelle-Moi Papa pose ses valises dans les contrées parisiennes pour présenter aux gens de la capitale l'exposition Hors-Piste. Un nom fort à propos, sachant que nous sommes en hiver. Fort à propos également quand on pense au travail graphique effectué par Appelle-Moi Papa depuis 6 ans maintenant. Sur tous les fronts, de la commission à la création, de la sérigraphie au travail numérique, les 5 loulous nous égarent sciemment et ça nous plait. Expo Hors-Piste du 4 au 20.02 à Sergeant Paper, Paris, avec un vernissage le 4 à 18h.

VOIR+
Illustration | 18.12.15 © Željko Lončar

[Employé Modèle]. Željko Lončar
Toutes les semaines, un nouveau chouchou

À l'occasion de L'European Lab parisien de ces prochains jours, nous avons l'honneur de présenter une exposition sur le thème "2025 ?". Pour celle-ci, nous avons fait appel à 8 illustrateurs et graphistes de 8 pays différents. Et, pour la Serbie, nous sommes tombés sur le formi-formidable Željko Lončar, qui joue habilement des principe graphique pour créer de l'illustration qui flirte volontiers avec l'abstraction.

VOIR+
A propos

Entre Lyon et Paris, Kiblind entretient l’art de l’entre-deux. Une stratégie qu’il cultive aujourd’hui avec amour entre culture visuelle et vision culturelle, entre arts plastiques et arts vivants, entre images et textes. Le magazine trimestriel se penche sur ceux qui font le sel et le poivre de sa vie : les artistes émergents. Qu’ils soient graphistes, photographes, illustrateurs, plasticiens, stylistes ou musiciens, ceux-là ont leur place dans le monde illustré de Kiblind Magazine.

Voir +
Logo Kiblind