ligne

Salon

Flèche

Musique | Gueugneau Maxime | 22.06.17

10 Morceaux par... Bison Bisou

Sélection jean à l'envers

Oui, c'est vrai, le premier album de Bison Bisou est sorti il y a quasi deux mois. Mais quoi. Les meilleurs plast en sauce ne sont-ils pas ceux qui cuisent le plus longtemps ? Le pot-au-feu, 3h. Le bœuf bourguignon, 5h. La daube, 4h, avec 12h de repos. Que du délice. Alors voilà, on a pris notre temps, on a dégusté, on a laissé reposer, on a redéguster et puis on s'est aperçu qu'on était complètement en retard. Que cela ne cache la vraie vérité Bodysick goûte très fort le rock de loulous. Explosif, court et rugueux comme tout bon disque de rock doit l'être, ce Bodysick lillois a bien écouté les lécons des plus purs maîtres des années passées pour le condenser dans ce qu'on appelle un récital. Prenant note du poids conséquent des influences dans leur musique, nous leur avons demandé 10 morceaux qui constituent le vaisseau mère de leurs amours musicales.

10 Morceaux par Bison Bisou

 

 

 

01. 31 Knots - Hit List Shakes (Inconvenience of you)

Seb : En février dernier on est allé jouer à l’Astrolabe faire le support act de Future of the Left. L'album The Days and Nights of Everything Anywhere tournait dans le van quand on s’est garé sur le parking de la salle. En entrant dans la salle cinq minutes plus tard, le même album - le même morceau - était en train de passer! C’était une belle coïncidence. On aime tous beaucoup ce groupe dans Bison, ils ont une certaine folie douce, ils ne se refusent rien. Tof, avec son asso, les a fait jouer plusieurs fois à Lille à leurs débuts dans l’un des derniers bastions « underground » de la ville qu’est La Malterie, un lieu qu’on chérit. Pour ma part j’avais découvert par hasard sur myspace à l’époque de la sortie du disque. Tu écoutes un groupe sur internet, puis tu les vois dans ta ville, tu les fais jouer même, ils dorment chez toi, tu finis par les connaître un peu à force, tu découvres l’humain derrière le « musicien ». C’est ça aussi qu’on aime dans cette vie, rencontrer les gens qui sont acteurs, qui font des choses, qui se bougent, qui traverse un océan pour défendre leur musique et aller voir ailleurs ce qui se passe.

Ce morceau me fait penser à la nuit dans les grandes villes, où tu roules sous le tungstène sans tout à fait savoir où tu es, ni où tu vas, comme une voiture fantôme qui enregistre des tableaux cinématographiques.

 

02. Les Savy Fav - Appetites

Seb : Mars 2011. Je reçois un mail de Charly « …je joue dans un nouveau projet, on aimerait bien que tu viennes prendre la basse si ça te dit… » et il me file deux références, un peu comme ça: These arms are Snakes et Les Savy Fav. J’adore les premiers, mais je me rends compte que je n’ai jamais écouté les seconds. Un clic de google plus tard, je suis en train d’écouter « Appetites ». Badaboum, l’intro suffit à me catapulter direct hors de mon siège et me voilà en train de danser la lambada les doigts dans la prise. On dirait que le groupe joue dans une pièce de 20 mètres carrés, c’est sec et nerveux, ça crépite, et on s’imagine bien qu’avec un petit effort de la jambe et du popotin on pourrait en faire tomber les murs. Si je devais un jour dans ma vie me mettre à faire du sport (mais bon, faut pas déconner quand même), "Appetites" serait un morceau parfait. 

 

03. Death Grips - Guillotine

Charly : Dans le groupe on a tous aimé Death Grips quand c'est arrivé d'un peu nulle part. Ce titre, on aurait dit une déchirure des muscles auriculaires. C'est spontané, ça donne envie de faire l'hélicoptère, de se traîner par terre comme un ver, de se fracasser contre un mur. Que des trucs que t'es pas censé faire mais là tu te dis que t'as tous les droits.

 

04. Grinderman - No Pussy Blues

Tof : Voilà ce que doit être la musique, un moyen d'expression sans filtre, sans contrôle, un exutoire, une folie, une tornade violente qui ravage tout et hérisse les poils.

 

05. PJ Harvey - Rid Of Me

Tof : une énergie, une sensualité, des fantasmes...Voilà comment j'ai découvert PJ Harvey en 1993 à l'Aéronef grâce à mon prof de physique de terminal ! Merci à lui. "Rid Of Me" possède ce côté sexuel qui m'a de suite plu dans PJ Harvey. Lis les paroles de cette chanson et tu comprendras ce que je veux dire.

 

06. Antelope - Shapes

Seb : Fut un temps où j’avais un problème de caisse. Tof passait me prendre pour les repets. Lui il avait un problème d’autoradio. Il y avait cet Ep de Antelope qui était bloqué dedans. 6 morceaux, pendant plusieurs mois, on les a écoutés en boucle encore et encore chaque fois qu’on montait dans sa caisse. « Shapes », avec son beat de pelle syncopé, semblait avoir été écrit pour ça, pour finir dans un autoradio où il tournerait en boucle. Ça te rend barjot et en même temps c’est hypnotisant, tu as envie de le remettre tout de suite, tu te balances d’avant en arrière sur la place du mort en martyrisant en rythme la boîte à gants. En y repensant, le titre « Gazelle » sur notre album Bodysick est un clin d’oeil à ça, à « Antelope » et aussi à l'effet que peut faire ce morceau. Une furieuse course-poursuite de boîteux.

 

07. The Blood Brothers - Cecilia and the Silhouette Saloon

Marvin : Charly et moi, on était dans le même lycée. Tous les deux, on montait nos premiers groupes et on rôdait dans la métropole lilloise à la recherche de claques sonores. Un soir, Charly m'a proposé d'aller découvrir The Blood Brothers au Grand Mix. Je me vois encore complètement sidéré devant leur show. C'était l'hystérie sur scène et dans le public. Pendant que les chanteurs se décrochaient la tête en hurlant, moi j'étais paralysé, adossé à un mur, prenant de plein fouet l'énergie du groupe. Depuis, leur discographie a tourné et tourné, et ce morceau est certainement celui qui a le plus usé les oreilles de mes potes... Je l'ai passé en boucle dans ces soirées qui n'ont ni fin ni soif.

 

08. Intercity Sound Association - Alaska Flight

Charly : Je me souviens distinctement de ce morceau entendu un beau matin au studio sur l'ordinateur de Marvin. Le soleil irradiait mon jus d'orange. Je sentais des caresses dans mes oreilles. C'est cool de se faire ce genre de petits plaisirs entre membres d'un même groupe.

 

09. Jean-Marie & Raoul - Le Sous-Marin Vert

Seb : On a entendu ce morceau dans notre beau camion blanc. Octobre 2016, on trace pour 3 jours de pre-prod afin de préparer l’enregistrement de l’album avec Amaury Sauvé à The Apiary. À un moment on se foire de sortie sur l’autoroute. On se dit qu’on va rester sur les nationales, qu'on est bientôt arrivés. En fait, ça s’avère interminable. On traverse tout un tas de bleds morts, et la route commence à nous mettre k.o. Un filet de radio non identifiée qu’on n’écoute plus vraiment émet un son de bossa nova. On met un peu de volume histoire de se dégourdir les tympans et l’esprit, et en fait on se rend compte que depuis tout à l’heure, c’est un enchaînement de reprises (plus que douteuses) des Beatles. Les animateurs nous informent qu’ils vont dégainer dans les secondes qui suivent le Saint-Graal! L’ultime intégrale des reprises - françaises - des p’tits gars de Liverpool. Ça ne se fait pas attendre et ça démarre très fort avec ce titre. Ça a été la b.o. de notre arrivée à Laval. L’aventura Bodysick allait commencer quelques heures plus tard.

 

10. Kriss Kross - Jump

Marvin : Quand j'étais gosse, avec mon frère on était dingues de Kriss Kross. Pendant un temps même, on fatiguait à excès nos parents pour mettre nos fringues à l'envers histoire d'épater les copains à l'école. Quand Seb m'a dit un peu avant de partir pour le studio qu'il allait ramener un magnéto et la cassette - originale - des Kriss Kross, je n'y ai pas cru. "Jump" est devenu notre sonnerie de réveil, on sautait du lit tous les matins en choppant des barres, prêts à envoyer le boulet pour la journée.

 

Vous aimerez aussi
Flèche
Musique | 03.05.17 10 Morceaux... par Satellite Jockey

10 Morceaux par... Satellite Jockey
Sélection Scarabée

Dans son tout nouvel album, Modern Life vol.1, le supergroupe lyonnais Satellite Jockey fait preuve d'une science pop plus aiguisée que jamais. Sans doute ces gens-là ont-ils passé de nombreuses heures à potasser les leçons des maîtres du genre. Des maîtres parmi lesquels il nous sera bien difficile de ne pas reconnaitre ces quatre types de Liverpool dont la presse musicale fait ses choux gras depuis plus d'un demi-siècle. Un groupe, les Beatles, assez fascinant pour avoir créer dans son sillage une myriade de faux-amis à la réussite plus ou moins affirmée. Des suiveurs qui touchent particulièrement le bon Rémi Richarme, auteur et compositeur de Satellite Jockey. Celui-ci nous livre ainsi, dans une playlist de dix morceaux, tout son amour pour ces faux Beatles qui donnent des vraies frissons.

VOIR+
Publicité ADOBE_MUNCH_CONCOURS
Musique | 09.02.17 La Playlist du Jeudi #48

La Playlist du Jeudi #48
Les meilleurs morceaux de la semaine, selon nous

Des informations nous parviennent des quatre coins du monde pour nous dire que celui-ci n'est pas aussi joli qu'on le croyait enfant. On les laisse passer au-dessus de nos têtes. L'actualité nous distrait. Elle corrompt notre corps et notre cœur alors même que ceux-ci doivent recevoir l'art de plein fouet pour toucher à la réalité ultime. Toute ce pompeux verbage pour dire que comme d'habitude, on s'est fondu dans l'internet tels des ninjas pour capter les morceaux rap, electro, rock et pop dont on pense qu'ils feraient du bine à la planète s'ils étaient diffusés en lieu et place de Nicolas Canteloup. Par exemple : L'Effondras, Father, Tomutonttu, The Black Angels ou encore Umwelt.

VOIR+
Musique | 22.09.16 La Playlist du Jeudi #36

La Playlist du Jeudi #36
Les 13 meilleurs morceaux de la semaine, selon nous

Trop de bonnes choses partout, tout le temps, par des gars confirmés, par des gens volants non-identifiés, dans tous les styles : la voilà la musique du Troisième Millénaire. Et voilà ce que tente, tant bien que mal, de refléter la playlist du jeudi en servant treize morceaux qui ont retenu l'oreille de notre rédaction. Cette avant-dernière semaine du mois de septembre 2016 ne fait pas exception à la règle puisque nous y avons puiser ce qui fait la sève de nos lecteurs VLC avec Danny Brown, Still Corners, Aquaserge, Gryhon Rue, Stress, Peggy Gou, Lace Agate, Ipotocaticac & Konvndrvm, Anderson.paal & Knxwledge, Ichon, Sônge et Juicy J.

VOIR+
Musique | 20.09.16 La Playlist du Jeudi #31 à #35

La Playlist du Jeudi #31 à #35

Ne vous inquiétez pas nous avons pleinement garni le dossier à excuses pour cette absence de nos playlists sur le site. Évidemment, elles ne tiennent pas vraiment debout, mais disons qu'elles sont le mérite d'exister. Et, pratique, elles tiennent toutes dans un même mot : vacances.

Les vacances, tiens, c'est pile la période qui nous intéresse en l'occurence avec ces playlist issus des mois les plus moites de notre année 2016. Voici, d'un coup d'un seul 5 playlists avec les morceaux qui nous ont fait vibrer, danser, crier cet été, pour qu'il revienne. Avec des gens de bon aloi, du type Gucci Mane, Macadam Mambo, Jenny Hval, Wyatt Blair, Shelter, Coucou Chloé, Buvette ou 45 ACP.

VOIR+
Musique | 07.07.16 [Video Premiere] Margaret Catcher - Zouki Zouki

[Video Premiere] Margaret Catcher - Zouki Zouki
Summer Hit 2K16

Le duo formé par Pierre Level et Xavier Leloux est de ceux qui ont du mal à couper la poire en deux. Ils préfèrent la hacher menue, y rajouter du ketchup et des chipsters, porter le tout à ébullition et enregistrer ce qui en ressort. Repérée jadis (l'an dernier) par le label lyonnais JFX labs, l'entité parisiano-lilloise Margaret Catcher pousse le bouchon encore un peu plus loin avec la sortie de son tube de l'été, "Zouki Zouki" à paraître chez Atypeek. Coincé entre Frankie Vincent, les Ramones et Zack Morris, le nouveau morceau de Margaret Catcher - et son clip réalisé par Mister Bi - a tout pour squatter les plages d'Ibiza ou à tout le moins, nos chambres d'enfultes. Ici, on parle juste de plaisir.

VOIR+
Musique | 29.04.16 La Playlist du Jeudi #22

La Playlist du Jeudi #22
Les 13 meilleurs morceaux de la semaine, selon nous

Petite plongée dans la flore musicale de cette semaine au sein de laquelle nous avons cueilli les herbes fraîches de la qualité. Comme nous n'avons pas voulu faire jaloux, on est allés pioché parmi de nombreuses espèce pour en sortir un bouquet chamarré aux couleurs de notre cœur. Peut-être. Bref, les 13 titres choisis sont ceux pour lesquels nous avons eu un crush immédiat. En tant que média on s'est fait un devoir de vous les partager. Avec Grand Blanc & Flavien Berger, Agar Agar, Appalache, Electric Electric, Dreamboy, LB aka Labat, Lakker, PALMA, Voiron, Kokane, Coca Vango, Young Scooter et Sonic Youth (un simple inédit, on ne s'emballe pas). Sans oublier un hommage à nos deux morts de la semaine : Prince et Billy Paul.

VOIR+
Publicité ADOBE_MUNCH_BROSSES
Musique | 23.11.15 La Playlist du Jeudi #6

La Playlist du Jeudi #6
Les 13 morceaux de la semaine selon nous

Tous les jeudis, l'équipe de Kiblind se fait un plaisir de vous livrer ses morceaux préf' de la semaine écoulée. Cette dernière ressembla à un tombereau de merde, mais la musique a permis de nous souvenir que ce monde est en vie.  Avec Camille Doughty, Julia Holter, I.D.A.L.G., Sal Principato de Liquid Liquid & No Zo, Princesse, Portable, Stealing sheep, Bagar, Mila J, Justin Bieber & Travi$ Scott, Young Thug, Pusha T et Thundercat.

VOIR+
Musique | 09.11.15 La Playlist du Jeudi #4

La Playlist du Jeudi #4
Les 13 morceaux de la semaine selon nous

Tous les jeudis, l'équipe de Kiblind se fait un plaisir de vous livrer les morceaux qui ont fait vibrer le bureau, jumper les mugs ou ému les trombones. Le choix s'est arrêté sur 13 morceaux, datant plus ou moins de la semaine écoulée. 13 comme ce nombre tellement dramatique qui offre le bonheur ou le malheur, mais rien entre les deux. Cette playlist étant purement et gravement subjective, elle peut en effet vous apporter l'un comme l'autre. Cette semaine, on retrouve Floating Points, Wall of Death, COnnan Mockasin & Devonté Hynes, Requin Chagrin, Richie Woods, BlowEnder, Odeï, Black Devil Disco Club, Bicep, Young Thug, Puff Daddy, Housewives et Yves de Mey.

VOIR+
A propos

Entre Lyon et Paris, Kiblind entretient l’art de l’entre-deux. Une stratégie qu’il cultive aujourd’hui avec amour entre culture visuelle et vision culturelle, entre arts plastiques et arts vivants, entre images et textes. Le magazine trimestriel se penche sur ceux qui font le sel et le poivre de sa vie : les artistes émergents. Qu’ils soient graphistes, photographes, illustrateurs, plasticiens, stylistes ou musiciens, ceux-là ont leur place dans le monde illustré de Kiblind Magazine.

Voir +
Logo Kiblind